Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 320 - Septembre 2020

Tendances, l’expertise du GEB

Un mensuel : des analyses, des données, des dossiers, un rendez-vous, un zoom, des historiques d’indices de référence…

Connexion

Autres numéros

Numéros de l’année 2018 au format PDF

Situation contrastée selon les marchés

Prenez date !

Webinaire « Des filières allaitantes face aux incertitudes : quelles pistes pour l’avenir ? »
Jeudi 8 octobre 2020 de 15h45 à 17h15.

 

 

Zoom

Le marché dégradé du veau de 8 jours incite-t-il les éleveurs laitiers à engraisser davantage leurs veaux ?

Parmi les 390 éleveurs laitiers qui ont répondu à une enquête en ligne, une minorité envisage d’élever davantage de veaux mâles, surtout en veaux gras. En parallèle, une part non négligeable d’éleveurs avec atelier de jeunes bovins souhaitent lever le pied en engraissement.

Lire la suite

Chiffre du mois

+1,7% la hausse de la collecte laitière dans l’UE-27

+1,7%, c’est hausse de la collecte européenne de lait de vache en juillet d’une année sur l’autre. Cumulée sur 7 mois, elle a progressé de +1,8% /2019, effet année bissextile neutralisé.

Viandes bovines

Du mieux en femelles et en veau de boucherie

Avec le déconfinement puis la rentrée scolaire, le marché français sort du marasme et la consommation française repart. Ceci permet aux prix des femelles de remonter. De même, le marché du veau gras, en proie à une crise profonde, montre de timides signes d’amélioration. A l’inverse, les lourdeurs sur le marché européen du JB font pression sur les prix des mâles finis et des bovins maigres.

Lire la suite

Lait de vache

Conjoncture laitière robuste malgré la récession économique mondiale

La conjoncture laitière défie les pronostics des conjoncturistes. Les marchés mondiaux des produits laitiers résistent à la récession économique mondiale. La demande internationale demeure robuste face à une production laitière toujours dynamique dans les grands bassins excédentaires, en premier lieu dans l’Union européenne.

Lire la suite

Viande ovine

Une cotation française historiquement élevée

Alors que la cotation des agneaux britanniques et irlandais continue de baisser de façon saisonnière, le cours français poursuit son inexorable hausse et atteint des niveaux jusqu’alors inégalés à cette période de l’année.

Lire la suite

Lait de chèvre et viande

Conjoncture déprimée en viande, plus sereine en lait

Le confinement généralisé de la population en Europe a bouleversé les habitudes de consommation (notamment à Pâques, qui compte pour 60% de la consommation annuelle de chevreau). Faute de demande, les prix sont restés au plancher, et les stocks constitués pendant la campagne pascale plombent le marché et déstabilisent la production. Les cours risquent de rester bas en fin d’année.

Lire la suite