Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 344 Novembre 2022 Mise en ligne le 22/11/2022

La consommation de produits laitiers biologiques est en recul sur 2021. Au contraire, la collecte de lait bio croît fortement, et devrait continuer de progresser à un rythme soutenu dans les prochains mois, au regard des nombreuses conversions en cours.

Sur le premier semestre 2021, la collecte de lait biologique française (659 000 t), forte d’une croissance très forte (+11% / 2020 soit +65 700 t /2020), a dépassé la collecte allemande (648 000 t) pour la première fois. Parmi les principaux producteurs bio européens, la France est le seul à avoir connu une telle hausse de sa collecte, qui est restée mesurée en Autriche (+1% /2020), au Danemark (+4%) et en Suède (+2%).

Cette croissance trouve d’abord sa source dans le nombre très important de nouvelles conversions intervenues cette année (environ 300 entre juin 2020 et 2021, soit une hausse de +7%). Sur les +11% de volumes supplémentaires depuis le début de l’année, 8 à 9 points seraient imputables à ce seul phénomène. En effet, les exploitations néo-converties se caractériseraient par une taille plus importante que la moyenne des élevages bio (près de 450 000 litres annuels par livreur selon l’étude de conjoncture lait bio du CNIEL, contre 285 000 litres pour les exploitations déjà converties en juin 2020).

Sur le seul mois de juin, la hausse est encore plus prononcée (+16% /2020, à 113 000 t), en raison de la très bonne pousse de l’herbe au printemps, dont la production des élevages bio est particulièrement météo-sensible. Le bond de production provient des deux principales régions productrices : la Bretagne (+18,3%), et les Pays de la Loire (+22,5%). Cette croissance représente un surplus de +15 millions de litres sur le seul mois de juin. Elle est d’autant plus surprenante qu’elle intervient dans un contexte où certains acteurs, à l’image de Biolait, ont appelé à une régulation des volumes pour le printemps.

Entre mai 2021 et octobre 2022, selon le CNIEL, les conversions en cours devraient amener l’équivalent de +170 millions de litres supplémentaires annuels (+14%) sur le marché biologique.

Cette croissance de la collecte se traduit par une inadéquation entre offre et demande de lait bio, puisque la consommation de produits laitiers biologiques a dans le même temps marqué un coup d’arrêt. Selon les données du panel Kantar, les ventes de bio ont reculé sur toutes les gammes lors du premier semestre (en volume de -10% /2020 pour le lait liquide, -5% sur les fromages, -4% sur les yaourts, -5% sur le beurre, -12% sur la crème). Une partie de ce fléchissement des ventes en volume est certes imputable à l’effet confinement, qui avait profité à l’ensemble des produits laitiers début 2020, mais la part de marché du bio régresse également sur toutes les gammes.

Les volumes de laits conditionnés et yaourts bio vendus seraient même repassés en-dessous des volumes écoulés au premier semestre 2019 (respectivement-8% et -2%), tandis que ceux de la crème bio ont retrouvé le niveau de 2019.