Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 346 Janvier 2023 Mise en ligne le 19/01/2023

Au 3ème trimestre, le prix moyen du lait de chèvre a fortement progressé d’une année sur l’autre, sous l’effet de la hausse du prix de base. Cependant, les éleveurs doivent faire face à la hausse des charges bien supérieure, ce qui rogne leurs marges.

Progression du prix de base

Le prix de base du lait de chèvre (composition standard 35MG-30MP en vigueur au 1er janvier 2015) s’est établi à 809 €/1 000 litres au 3ème trimestre 2022, en progression de près de 101€ d’une année sur l’autre, soit +14% /2021.

Au 3ème trimestre, le prix de base du lait de chèvre est le plus élevé dans le bassin Bretagne-Pays de la Loire, à 816 €/1 000 litres, soit +15% /2021. Les bassins du Sud-Ouest et Poitou-Centre arrivent ensuite, avec des prix de base qui s’établissent à 813 € et 809 €/1 000 litres respectivement, soit +13% et +14% /2021. Le bassin du Sud-Est ferme la marche avec un prix de base à 767 €/1 000 litres, même s’il enregistre la hausse relative la plus élevée (+17% /2021).

Détérioration de la composition du lait collecté

Dans le prolongement d’une tendance baissière amorcée au 2ème trimestre, la composition du lait de chèvre s’est encore dégradée au 3ème trimestre 2022.

Le taux butyreux a faiblement reculé de -2,4 g/l /2021, à 39,4 g/l. La dégradation est la plus marquée dans les bassins Sud-Ouest et Sud-Est en queue de peloton de -3,5% /2021, à 33,5 g/l et 34,2 g/l respectivement. Elle est moindre en Poitou-Centre et Bretagne-Pays de la Loire de respectivement -2,6% et -0,9% /2021, à 35 g/l et 35,7 g/l.

Au 3ème trimestre le taux protéique de la collecte nationale a reculé de -1% /2021, à 33,1 g/l. Excepté dans le Sud-Est où le taux protéique a connu une légère amélioration (+0,5% /2021), la moyenne trimestrielle dans les autres bassins Bretagne-Pays de la Loire, Poitou-Centre et Sud-Ouest a reculé respectivement de -0,9%, -1,2% et -0,9% /2021, à 33 g/l.

Forte progression du prix du lait payé aux livreurs

Le prix moyen national du lait de chèvre payé aux livreurs au 3ème trimestre s’établit à 833 €/1 000 litres, une progression de 85 € d’une année sur une autre (+11% /2021). En septembre 2022, le prix moyen payé a progressé de +12% /2021, à 898 €/1 000 litres.

Au 3ème trimestre, le prix moyen plus élevé se trouve dans le bassin Poitou-Centre (840 €/1 000 litres, soit +9% /2021). Arrivent ensuite les bassins du Sud-Ouest (833 €/1 000 litres, soit +12% /2021) et Bretagne-Pays de la Loire (825 €/1 000 litres, soit +10% /2021). C’est dans le Sud-Est qu’il est le plus bas (795 €/1 000 litres, soit +13% /2021).

Forte hausse des charges

Simultanément, la hausse des charges en élevage caprin, s’est poursuivie. A l’indice 140,2 au 3ème trimestre 2022 (base 100=2015), l’IPAMPA s’est en effet apprécié de +22% /2021, essentiellement impulsé par la flambée du prix de l’aliment acheté (+29% /2021), poste qui représente 60% des coûts de production indicés dans l’IPAMPA lait de chèvre. La hausse des charges au 3ème trimestre (+22% /2021) rapportée à la hausse des prix moyens payés aux producteurs sur la même période (+11% /2021), montre une dégradation importante de la marge des producteurs.

Forte dégradation de la MILC lait de chèvre

La MILC poursuit sa valorisation saisonnière amorcée depuis juillet 2022. En septembre, elle s’établit à 240 € /1 000 litres, soit un décrochage de -9% /2021. Cumulée sur les 9 premiers mois, la MILC s’est dégradée de -28% /2021.