Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 344 Novembre 2022 Mise en ligne le 22/11/2022

Les prix de la poudre maigre ont enregistré une baisse de plus de 600 €/t en un mois pour revenir à 2 920 €/t selon Atla en semaine 45. Soit sous le niveau de 2021 à pareille époque ! Cet important repli est en parti dû à un changement de psychologie de marché. L’offre européenne en lait semble plus importante pour le second semestre 2022 tandis que la demande montre des signes de faiblesse, les exportations européennes sont d’ailleurs en net recul.

Hausse de la collecte européenne en septembre

La collecte de l’UE-27 est en hausse au mois de septembre de +0,7% /2021 grâce principalement à de meilleurs volumes dans le nord de l’UE. En effet, la collecte allemande ressort en hausse de près de +1%, tout comme en Irlande. Aux Pays-Bas, la collecte enregistre un rebond de +3,9% tandis qu’il atteint +5,9% en Belgique et +2,6% en Pologne. D’une part, l’automne plutôt doux permet une bonne pousse de l’herbe durant l’arrière-saison tandis que les éleveurs cherchent à maximiser la production au vu des prix du lait historiquement records.
Cet accroissement de collecte dans le Nord est à tempérer : l’an passé les livraisons étaient très dégradées. A l’inverse, dans le sud de l’UE, les collectes ont reflué en septembre (-3,6% en Espagne et -1,5% en Italie) quand l’an passé elles étaient croissantes et historiquement élevées. En somme la production de l’UE-27 en septembre a retrouvé le niveau historiquement élevé de septembre 2020.

Au Royaume-Uni, la collecte suit la même tendance que dans le nord de l’UE, avec une hausse en septembre de +0,3% /2021.

Des fabrications de poudre maigre en hausse sur les mois d’été

Durant l’été, les fabrications de poudres de lait se sont fortement accélérées dans l’UE-27. En cumul de janvier à septembre, elles ont dépassé les volumes de l’an passé (+2,5% soit +27 000 t /2021).
Si en France, les fabrications sont demeurées ralenties (-24 000 /2021), elles se sont fortement accélérées en Allemagne (+24 % /2021 mais restent en recul en cumul de -17 000 t), en Irlande (+26 000 t en cumul), en Belgique (+26 000 t en cumul) et aux Pays Bas (+17 000 t en cumul). Cet accroissement des fabrications dans certains pays européens a pu entrainer un afflux et une offre surabondante au regard de la demande.

Les transformateurs ont cherché à profiter des prix historiquement élevés ainsi que de la disponibilité en gaz. Depuis l’été, les prix du gaz en Europe se sont détendus sous l’effet d’une diversification des approvisionnements et de stocks bien étoffés à la veille de l’hiver. Aussi, les coûts de production de la poudre maigre pourront baisser.

Évolution des prix du gaz en Europe selon Reuters

Des exportations européennes dégradées

Les exportations de l’UE-27 étaient en repli sur la période janv-sept de -15% /2021. Ce retard s’est légèrement résorbé en septembre, notamment grâce à des envois vers l’Algérie, de 16 000 t environ soit près du double par rapport au mois de septembre 2021. Néanmoins, sur 9 mois, les expéditions ont régressé sur toutes les destinations sauf vers l’Égypte et l’Arabie Saoudite.
Les États-Unis enregistrent aussi un fléchissement de leurs exports de poudre maigre (-9% /2021 sur 9 mois), tandis que les fournisseurs de l’hémisphère Sud les ont maintenues.

La Chine, premier client de poudre maigre de l’UE-27, a fortement réduit ses achats si bien que les exportations de l’UE-27 sur 9 mois ont chuté de près de -41 % par rapport à l’an passé, soit -44 000 t.
La remontée du nombre de cas de covid-19 dans l’empire du Milieu n’est pas de nature à rassurer quant à une levée de la stratégie zéro covid-19 et un retour à la consommation RHD.

Décrochage des cours de la poudre maigre

Face à une demande morose, le sursaut des fabrications dans l’UE-27, en lien avec la reprise de la collecte européenne, pèse sur les prix qui ont donc baissé en Europe. La violente baisse des prix en France est un rattrapage par rapport à leur évolution dans les pays voisins, de même qu’en Océanie et aux Etats-Unis.

Le passage des cours sous la barre des 3 000 €/t, prévu pour le mois de novembre, peut être un seuil psychologique permettant le retour des acheteurs internationaux dont la Chine.
D’ailleurs, lors de la dernière enchère du Global Dairy Trade le 15 novembre, les prix ont cessé de baisser et même regagné +3% en deux semaines, signal d’une meilleure demande car les volumes proposés en poudre maigre étaient importants. Les prochaines semaines seront donc déterminantes sur l’évolution des prix et fonction de la demande notamment internationale.
Aussi cette baisse des prix n’est pas forcément durable. Elle pourrait laisser place à une stabilité sur un nouveau palier permettant un meilleur équilibrage avec la demande tant intérieure qu’internationale.