Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 338 Avril 2022 Mis en ligne le 20/04/2022

Le prix du lait de chèvre a connu une nouvelle progression au 4ème trimestre 2021, sous l’effet de la hausse du prix de base et de l’amélioration de la composition dans tous les bassins caprins. Elle a été toutefois moins rapide que celle des charges en élevage.

Hausse du prix de base

Le prix de base du lait de chèvre s’est établi à 787 € les 1 000 litres au 4ème trimestre, soit une progression de près de 21 € d’une année sur l’autre (+1,5% /2020). Sur l’année, il a enregistré une progression de +2,2%, à 694 €/1 000 litres.

Au 4ème trimestre, le taux de progression est le plus élevé dans le Sud-Ouest avec une hausse de +2,8% /2020, et un prix de base à 803 €/1 000 litres. Les bassins du Sud-Est, du Centre et du Centre-Ouest ont connu une hausse plus modérée de +1,2% /2020, à 810 €, 791 € et 780 €/1 000 litres respectivement.

Amélioration de la composition du lait fin 2020

L’amélioration de la composition de lait de chèvre s’est poursuivie au 4ème trimestre.

Le taux butyreux s’est dégradé en octobre, avant de progresser fortement en novembre et décembre. Au final, la moyenne nationale au 4ème trimestre se situe à 42,9 g /l, soit +0,4 g/l. Sur l’année, elle s’établit à 39,3 g/l, une hausse de +0,5 g/l /2020. Seul le Sud-Ouest a connu une dégradation du taux butyreux du lait de chèvre collecté, à 37,8 g/l de moyenne annuelle (-0,2 g/l en un an), sous l’effet du fort recul enregistré au 1er trimestre.

Le taux protéique a progressé dans tous les bassins laitiers, portant la moyenne nationale à 37,6 g /litre au 4ème trimestre, soit +0,6 g/l d’une année sur l’autre. L’évolution est également positive sur l’année, avec une hausse de +0,5 g/l (à 35 g/l).

Prix payé aux éleveurs dopé par l’amélioration des taux au 4ème trimestre

Au 4ème trimestre, le prix du lait de chèvre payé aux livreurs a logiquement progressé de +24 euros d’une année sur l’autre, à 907 €/1 000 litres (+3% /2019). Le lait de chèvre est toujours mieux payé dans la région Centre où la part de lait AOP est la plus élevée, à 946 €/1 000 litres (+3,2% /2020). Le prix moyen dans le bassin du Sud-Est suit de près, avec 931 €/1 000 litres, mais sa progression a été la plus faible  (+1,6% /2020). Enfin, les bassins du Centre-Ouest et du Sud-Ouest pratiquent des prix moyens similaires, avec 899 €/1 000 litres (+2,9%) et 886 €/1 000 litres (+1,9%) respectivement.

Sur l’ensemble de l’année 2020, le prix moyen payé aux livreurs français de lait de chèvre s’établit à 771 €/1 000 litres. En hausse de 29 € d’une année sur l’autre (soit +4% /2020), il a bénéficié d’une évolution plus favorable que le prix de base.

Mais la hausse des charges dépasse celle du prix

Simultanément, les charges en élevage caprin s’envolent, sous l’effet de la hausse du prix de l’aliment acheté (principal poste de charge, avec 50% des charges indicées) et de l’énergie.

A l’indice 118,8 en moyenne au 4ème trimestre (base 100 = 2015), l’IPAMPA s’est en effet positionné +12,7% au-dessus de son niveau de 2020. L’indice moyen annuel s’est quant à lui moins apprécié, de +9% /2020 à 113,8 en 2021.

La MILC  évolue moins favorablement qu’en 2020

En décembre 2021, la MILC Lait de chèvre a amorcé sa baisse saisonnière. Ramenée à 358 €/1 000 litres, elle a reculé de -8 € d’un mois sur l’autre, mais surtout de -36 € d’une année sur l’autre. La hausse du prix du lait payé aux producteurs n’a pas réussi à compenser l’inflation des charges.

Sa baisse sur 12 mois glissants est toutefois logiquement atténuée (-14 €), à 260 €/1 000 litres en décembre, soit la moyenne annuelle. Elle retrouve ainsi le niveau enregistré en juin 2020.