Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 362 Juin 2024 Mise en ligne le 24/06/2024

Depuis fin juin, les cours des broutards mâles semblent avoir déjà entamé leur baisse saisonnière, sans avoir rattrapé les niveaux de 2020. Les effectifs de mâles de mère allaitante de 0 à 6 mois sont en recul, dans le sillage de la baisse du cheptel de vaches allaitantes. En mai, les exportations ont dépassé de +9% les niveaux perturbés de 2020, mais restaient en retrait comparées à 2019. Fin juin-début juillet, les exports vers l’Italie ont été dynamiques selon TRACES.

Baisse saisonnière des cotations amorcée

En juin, les cours des broutards mâles avaient poursuivi leur hausse sans parvenir à réduire l’écart avec les valeurs de 2020, elles-mêmes inférieures à celles de 2018 et 2019. Depuis fin juin, les prix des broutards mâles semblent initier une baisse saisonnière. Les chaleurs extrêmes enregistrées en Italie (35°C à Milan le 28/06 et 40°C dans les Pouilles) ont freiné la consommation et le prix des JB en Italie restait morose début juillet.

En semaine 27, le Charolais U de 450 kg cotait 2,50 €/kg (-11 cts /2020 ou -4%) et le Charolais U de 350 kg valait 2,64 €/kg vif (-10 cts /2020 ou -4%).

Le cours du Limousin E de 350 kg, stable à 2,78 €/kg vif depuis avril, a fléchi fin juin avec les fortes chaleurs transalpines. Il se situait en semaine 27 à 2,75 €/kg vif (-7 cts /2020, -2%). La cotation du mâle croisé R de 300 kg s’est encore légèrement appréciée début juin, s’établissant à 2,42 €/kg vif en semaine 27. Cependant, elle reste encore très inférieure à son niveau de 2020 (-14 cts, soit -5% /2020).

La demande pour les femelles continue d’être ferme. La cotation de la Limousine E de 270 kg est stable depuis mars, à 2,82 €/kg vif (+3% /2020) en semaine 27. Celle de la Charolaise U de 270 kg se maintient à 2,65 €/kg vif depuis mai, soit +4% /2020.

En mai, les naissances allaitantes en recul pour le 3ème mois consécutif

D’après SPIE-BDNI, 236 000 veaux de mère allaitante sont nés en mai soit -5,1% /2020. Le recul du cheptel de vaches allaitantes (-2,2% /2020 au 1er juin) entraîne une réduction des naissances malgré une bonne saison de reproduction au printemps 2020. Cumulées sur 11 mois de campagne 2020-2021, les naissances allaitantes ont atteint 3 374 000 veaux, à -0,9% /2020 (-42 000 veaux) avec un très net ralentissement sur les mois de mars à mai.

Les effectifs de mâles allaitants de 0-6 mois en recul

Au 1er juin 2021, avec un rythme de naissances ralenti au printemps, les mâles de 0-6 mois de mère allaitante en ferme étaient au nombre de 985 000 (-3% /2020 et -2% /2019). La baisse des effectifs est marquée en Charolais (-3% /2020) et en Blond d’Aquitaine (-4% /2020).

Pour les mâles de 6-12 mois de mère allaitante, on comptait 507 000 têtes au 1er juin 2021, un effectif en léger retrait de -1% /2020 et à -3% /2019.

La part des femelles dans les exports en baisse en mai

En mai (semaines18 à 21) selon SPIE-BDNI, 82 000 bovins de 4-16 mois de type viande ont été expédiés à l’étranger, en hausse de +9% par rapport à mai 2020 (alors perturbé par le covid-19), mais en baisse de -3% /2019.

Pour la première fois depuis janvier, la part de femelles dans les exports a diminué, de 38% des envois mensuels en avril à 35% en mai 2021, faute de disponibilités suffisantes en cette saison.

En cumul sur les semaines 1 à 21, 490 000 broutards ont été exportés, soit une hausse de +9% /2020 et une quasi stabilité par rapport à 2019, à -1%. Les femelles ont représenté 36,7% des envois depuis début 2021.

Vers l’Espagne, d’après les Douanes de mai, 9 000 broutards ont été exportés, soit +6% /2020 (perturbé par le covid-19) mais -49% /2019, les engraisseurs espagnols optant davantage pour le petit veau laitier bon marché depuis 2020. De janvier à mai 2021, l’Espagne a importé 59 000 broutards français, soit +6% /2020 mais -24% /2019.

Vers l’Italie, sur la période la plus récente de s22 à s27 selon TRACES, 113 000 bovins (tous âges confondus) ont été exportés soit +4 %/2020. Les semaines 24 et 25 ont été en retrait /2020. Les semaines 26 et 27 ont été particulièrement dynamiques, les engraisseurs italiens remplissant peut-être les ateliers en prévision des fêtes de fin d’année, malgré les bas prix actuels du JB italien.

En mai, les envois vers Israël plus dynamiques que vers l’Algérie

Selon les Douanes, 6 500 broutards ont été exportés vers les pays tiers au mois de mai (-8% /2020, mais +153% /2019). 1 500 têtes ont été exportées vers l’Algérie, un mois calme après le Ramadan. Les exportations de génisses laitières sont toujours suspendues vers l’Algérie.

Par contraste, 5 000 broutards ont été expédiés en Israël, ce qui explique la hausse globale des envois vers les pays tiers de +153% /2019. Israël achète plus de broutards européens en 2021, car les bovins australiens sont devenus rares et plus chers.