Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 360 Avril 2024

La cotation française du veau de boucherie rosé clair O poursuit sa remontée spectaculaire amorcée fin août. La situation est similaire ailleurs en Europe : partout les professionnels espèrent que cette situation se prolongera à l’entrée de l’hiver pour compenser une partie des pertes accumulée depuis mars.

+10 centimes par semaine

Depuis la semaine 34  (19 au 25 août 2019), la cotation française du veau O rosé clair élevé en atelier a progressé de 47 centimes. A 5,28 €/kg en semaine 40, elle se rapproche des années précédentes à -4% ou -24 centimes /2018 et -5,5% ou -31 centimes /2017. La cotation du veau R rosé clair progresse moins vite : +32 centimes depuis la semaine 34. A 5,78 €/kg elle reste en deçà des années précédentes à -6,5% ou  41 centimes /2018 -3,5% ou -20 centimes /2017.

Le marché est aussi orienté fortement haussier aux Pays-Bas. La cotation du veau de boucherie pie noir s’affichait à 4,30 €/kg éc en semaine 36 (dernière connue), soit +40 centimes en 4 semaines, mais -4% par rapport à 2018 et 2017. Dans l’attente de la mise à jour de cette donnée, tous les observateurs du marché s’accordent à dire que le commerce est resté dynamique et largement haussier. En semaine 40 la cotation devrait avoir retrouvé son niveau de 2018.

Le jeu de l’offre et de la demande

Ce renversement de la conjoncture du veau de boucherie en Europe n’est pas une rupture dans les fondamentaux du marché. Il s’explique avant tout selon les experts par le fort repli de l’offre, notamment en France où les opérateurs, très affectés par la crise du secteur qui dure depuis fin 2018, ont réalisé des mises en place très prudentes au 2ème trimestre 2019. Cette prudence permet aujourd’hui de soutenir les cours du veau grâce à une relative rareté. Elle est en outre concomitante avec les mises en avant du festival du veau. Cette action de promotion interprofessionnelle apporte un soutien important à la consommation, le veau est en effet un produit très sensible aux actions de mise en avant. Le redressement des cotations devrait ainsi se poursuivre encore quelques semaines avant de se stabiliser jusqu’en 2020.

Vers un nouveau record des poids carcasse

Le redressement actuel du marché s’accompagne d’un repli des poids carcasse et de l’âge à l’abattage des veaux finis, déjà sensible en septembre. Cependant les dernières données disponibles sont encore marquées par l’intense crise de 2019. En août dernier, le poids moyen des carcasses de veaux abattus en France a atteint 148,8 kg éc, soit +3,5 kg /2018. Sur janvier-août, il s’élève à 147 kg éc (+ 3 kg / 2018), soit un alourdissement 3 fois plus rapide que le rythme moyen annuel observé depuis 2008.

L’âge moyen des veaux abattus en septembre a probablement reculé d’une année sur l’autre. En août, il a dépassé pour la 1ère fois les 190 jours à 191 jours, soit 1 semaine de plus qu’en 2018. En moyenne sur janvier août l’âge moyen des veaux abattus en France était de 186 jours soit 7 jours de plus qu’en 2018. Selon les données de la BDNI, les veaux vieillissaient en moyenne de 2 jours par an seulement depuis 2008.

Vers un repli marqué des abattages de veaux en France

825 500 veaux ont été abattus entre janvier et août 2019 en France, un total en léger recul par rapport à 2018 et 2017 (-0,5%) qui devrait s’accentuer. La crise du secteur a provoqué un repli marqué des mises en place par les intégrateurs et malgré des naissances de veaux laitiers en baisse (-71 000 têtes/2018 sur janvier-août 2019), les exportations de veaux naissants ont progressé (voir article veaux naissants). On peut donc s’attendre à un recul marqué de la production de veau pour la fin d’année 2019 en France.