Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 344 Novembre 2022 Mise en ligne le 22/11/2022

Le marché du lait bio est toujours marqué par un recul des ventes dans les circuits de distribution. Le repli de la consommation de produits laitiers bio engendre de fortes baisses des fabrications et une hausse du taux de déclassement du lait bio.

La collecte laitière s’ajuste tant bien que mal et avec retard. Après un accroissement de près de 5% sur les 5 premiers mois de 2022, la collecte de lait bio en France a faiblement progressé en juin et juillet et a même décliné en août. Sur l’année 2022, la hausse de collecte ne devrait pas dépasser les 1% /2021. Le prix du lait bio a peu évolué comparativement à 2021. Il a toutefois enregistré une hausse en août 2022, d’autres revalorisations sont espérées d’ici la fin de l’année.

Recul de la collecte en août

En juin et juillet 2022, la collecte de lait bio en France a très faiblement progressé, d’à peine +1% /2021. Puis en août, elle s’est rétractée fortement (-8% /2021). Ce retournement de tendance depuis l’été est à mettre sur le compte d’une météo défavorable (canicule et sécheresse). De plus, certains éleveurs ont fait le choix d’arrêter la production laitière ou de se déconvertir dans un contexte de stagnation du prix du lait bio et d’inflation des charges, même si elles ont augmenté plus modérément qu’en conventionnel. Le phénomène n’est pas massif, mais sera à surveiller dans les prochains mois. En cumul sur l’année jusqu’à août, la croissance de la collecte a atteint 2,1%. Sur l’année 2022, la croissance de collecte ne devrait pas dépasser +1%. Soit un rythme très éloigné des +11-12 % des années 2020 et 2021 et des +32% en 2018 (année record de hausse de collecte bio).

En août 2022, le nombre de livreurs (4 199 soit 9,4% des livreurs totaux de lait de vache) a encore progressé, mais dans une moindre mesure (+2% /août 2021).

Et hausse du prix du lait bio

Une augmentation du prix de base du lait biologique est enregistrée en août (+2,9% /2021). En moyenne sur les sept premiers mois 2022, il est resté très proche de 2021 et au printemps, il s’est même retrouvé momentanément dépassé par le prix du lait conventionnel. Dans un contexte d’inflation des charges, les éleveurs espèrent une poursuite de la revalorisation du prix du lait bio dans les prochains mois.

Des ventes de produits laitiers bio en net recul dans les circuits de distribution

Depuis le début 2022, les fabrications de l’ensemble des produits laitiers bio poursuivent leur reflux entamé courant 2021. La baisse des fabrications (cumulées sur 7 mois) est assez modérée pour les laits conditionnés et les fromages, respectivement -6% et -4 % /2021. En revanche, elle est plus marquée pour les autres produits, pouvant atteindre -30% pour les crèmes et les poudres.

Un retrait plus important des fabrications de fromages est à observer en juillet (-9%).

La part de la collecte de lait bio conditionnée en laits liquides, a légèrement reculé à 17% de la matière utile totale sur les sept premiers mois de 2022 d’après nos estimations. Ce sont les premiers produits fabriqués, devant le beurre et les fromages. La part des produits ultra frais est par contre faible (6%) et a aussi plutôt baissé. Les fabrications de fromages sont sous représentés en bio comparativement au lait non bio, expliquant les difficultés de valorisation de la matière protéique dans la filière.

En revanche, la part des autres utilisations notamment la crème et les poudres vrac mais aussi le lait déclassé a encore fortement progressé sur les sept premiers mois de 2022 à 46% de la matière sèche utile (MSU), révélateur d’un accroissement du taux de déclassement du lait bio.

Ces fortes baisses de fabrication sont en lien avec le repli global de la consommation de produits bio. Ce recul concerne les circuits de la distribution générale mais aussi spécialisée (très fort recul des ventes en 2022 dans les enseignes spécialisées) qui sont les voies majeures de commercialisation des produits bio. Les achats de produits bio via la restauration hors domicile et les circuits courts ont quant à eux progressé.

Les ventes en volume de produits laitiers bio en cumul, de janvier à septembre 2022 (Source IRI), sont en fort repli comparativement à la même période 2021 en GMS et magasins spécialisés : -8% /2021 pour le lait liquide, -11% pour l’ultra frais, -13% pour le beurre, -16% pour les fromages et -17% pour la crème. La baisse des ventes est aussi effective pour les produits non bio mais de façon plus modérée. Les prix de vente au détail des produits laitiers bio ont certes connu des hausses, mais moins fortes que les produits non bio, ce qui a réduit l’écart de prix entre les deux types de produits. Cette moindre attractivité a des explications multifactorielles. Même si ce recul des achats bio a démarré avant l’augmentation des prix alimentaires, il est toutefois fortement guidé ces derniers mois par l’effet de l’inflation sur le pouvoir d’achat des ménages qui font des arbitrages sur leur alimentation. Le prix est visiblement redevenu le facteur essentiel dans leurs actes d’achat.

La France rattrape l’Allemagne

Le France est devenue le premier pays collecteur de lait bio de l’UE en 2022, juste devant l’Allemagne où la production croît toujours modérément sur les sept premiers mois de l’année (+2,6% /2021) tandis qu’elle montre quelques signes d’essoufflement en Suède, au Danemark, en Autriche (respectivement -4,8% /2021, -3,4% et -0,7%).

Contrairement à la France, les prix du lait bio progressent depuis 2021 dans les principaux pays producteurs de l’UE. L’écart de prix entre la France et l’Allemagne est à plus de 100 €/t ces derniers mois. La baisse de consommation de produits laitiers bio en Allemagne a été un peu décalée par rapport à la France mais s’est accentuée ces derniers mois (-8% en juillet 2022 /2021, -11% en août 2022). De plus, l’inflation est très forte en Allemagne.