Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 357 Janvier 2024

Avec des naissances de veaux de mère laitière quasi-stables cette année, le développement des exports vers l’Espagne avait contribué à maintenir les cours à un niveau élevé au premier semestre. Le pic des naissances laitières au 2nd semestre a rencontré une demande moins dynamique. Très basse dès le mois d’octobre, la cotation des veaux nourrissons a encore chuté fin décembre.

Naissances de veaux de mère laitière stables

En novembre, les naissances de veaux de mère laitière ont baissé de 4% /2017 à 332 600 têtes. Sur 11 mois, ces naissances sont quasi stables avec 3 202 000 têtes, soit +0,5% /2017. Les naissances de veaux de mère laitière et de père allaitant restent à un niveau très élevé au mois de novembre avec 59 400 têtes, mais leur progression a ralenti à +1% /2017, portant le cumul sur 11 mois à 600 000 têtes (+3,5% /2017, +17% /2016 et +29% /2015).

Stabilité sur 11 mois

Baisse des exportations vers l’Espagne

Depuis le mois d’août, les exportations vers l’Espagne, qui représentent 94% des exportations françaises de petits veaux, progressent mais à des niveaux moindres que ceux de 2017. La crise monétaire turque a freiné les exportations espagnoles de jeunes bovins et provoqué un alourdissement du marché du JB ibérique qui pèse sur la demande en veaux nourrissons français. En novembre néanmoins, la baisse est moins marquée que les mois précédents, avec -4% /2017 avec 29 800 têtes pour les veaux de moins de deux mois de mère laitière, vers toutes les destinations. En cumul sur 11 mois, 238 700 animaux ont été exportés, soit 6% de plus qu’en 2017 (et +36% /2016) grâce à un premier semestre particulièrement dynamique.

exports veaux en baisse au 2nd semestre

Cours des veaux nourrissons au plus bas

Durant l’été, en 2017 et 2018, les engraisseurs de jeunes bovins espagnols avaient cherché à remplir leurs ateliers, faisant grimper les cours des petits veaux espagnols avant la reprise des vêlages à l’automne. En France, les cours étaient également élevés au creux des naissances laitières alors que les mises en place accéléraient en prévision du premier trimestre suivant durant lequel la consommation est souvent dynamique. A cette période estivale, les acheteurs espagnols ont pu faire concurrence aux acheteurs français sur le marché français du petit veau, participant à la bonne tenue des cours. A l’automne 2018, alors que le pic de naissances en France fait face à une demande en berne, on constate que les cours en Espagne sont bas, à 86,3 €/tête, soit -6% /2017. Ainsi, l’encombrement du marché des JB espagnols au second semestre renforce la baisse des cotations des veaux en Espagne et en France.

pic estival élevé de la cotation espagnole du veau frison de moins d'un mois

En semaine 52, la cotation française du veau type lait de 45 à 50 kg est tombée à 35 €/tête. A 43,3 €/tête en décembre, la cotation moyenne se situe 25% sous son niveau de 2017. En janvier, l’ampleur de sa remontée saisonnière dépendra des besoins des engraisseurs en veaux de boucherie en France et de la demande espagnole.

cotation petit veau français au plus fin 2018