Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 360 Avril 2024

La collecte de l’UE-27 a nettement marqué le pas en septembre. Conséquence de la chute de la collecte française, de l’arrêt de la croissance de la collecte allemande et du fléchissement de la collecte néerlandaise… Le prix du lait moins stimulant, conjugué à des conditions climatiques exceptionnellement chaudes et sèches, explique ce trou d’air.

En France, le commerce extérieur en produits laitiers s’améliore, en volume comme en valeur, malgré le recul des fabrications. D’un côté, les exportations se rétablissent tandis que l’autre les importations reculent en lien avec le tassement de la demande intérieure touchée par l’inflation.
Le marché de la poudre laitière se redresse cet automne. Les cours sont tirés par de bons exports en Europe et en Nouvelle-Zélande, tandis qu’aux États-Unis ils découlent de la baisse des fabrications. La poursuite ou non de l’embellie dépendra de la demande, qui montre déjà des signaux de faiblesse.