Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 360 Avril 2024

En France, la bonne tenue du prix du lait et une année fourragère plutôt favorable n’enrayent pas le recul de la collecte française.
A l’inverse, la baisse du prix du lait, amorcée depuis le début de l’année dans la plupart des bassins excédentaires, émousse la croissance la production laitière de l’UE-27 et des États-Unis.

En Nouvelle-Zélande, la nouvelle campagne démarre sous de meilleurs auspices grâce à une météo plutôt favorable pour le moment. Ainsi, après une orientation baissière, les marchés des commodités laitières semblent plutôt équilibrés entre une offre laitière peu abondante moins dynamique et une demande contenue par la hausse des prix au détail.
En France, la consommation des produits laitiers est affectée par la hausse spectaculaire des prix depuis deux ans, même s’ils tendent à se stabiliser depuis cet été. La déconsommation touche particulièrement les produits laitiers démarqués sous signe de qualité (bio et AOP).