Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 361 Mai 2024

Si les disponibilités apparaissent aujourd’hui limitantes au Royaume-Uni, les exportations britanniques de viande ovine vers l’Union européenne dépendront en 2019 des choix faits dans le cadre du « Brexit ».

ROYAUME-UNI : Tassement des disponibilités fin 2018

L’impact des mauvaises conditions climatiques de début 2018 sur les agnelages (taux de mortalité élevé) continue de se faire sentir sur les sorties britanniques : à 1,2 million de têtes en novembre, les abattages d’agneaux étaient en recul de 6% par rapport à 2017. Les abattages d’ovins adultes étaient à l’inverse en progression (+12% à 146 000 têtes), ce qui a limité la baisse de la production de viande ovine en novembre (-3% /2017 à 3 200 téc).

Ce tassement des disponibilités en agneaux, dans un contexte de demande dynamique autour des fêtes de fin d’année, a soutenu le cours de l’agneau britannique, qui a terminé l’année au-dessus de son niveau de l’année précédente. À 4,24 £/kg de carcasse fin décembre, la cotation britannique était ainsi supérieure de 5% à sa valeur de l’année précédente, soit +3% convertie en euros, à 4,68 €/kg de carcasse.

Alors qu’AHDB – Beef & Lamb prévoit toujours un recul de la production britannique début 2019, le niveau des exportations devrait être conditionné par les choix fait en lien avec le « Brexit ». Une absence d’accord pourrait ainsi conduire à un bond des envois vers le marché européen avant fin mars 2019, avant le rétablissement des droits de douanes et des frontières physiques entre le Royaume-Uni et l’Union européenne…

NOUVELLE- ZÉLANDE : La réorientation des envois vers la Chine se poursuit

Malgré le recul de la production néozélandaise en novembre (-7% à 38 900 téc), les exportations de viande ovine se sont stabilisées à 32 300 téc le même mois, soutenues par le dynamisme de la demande chinoise (+13% à 17 400 téc). Les envois ont en revanche à nouveau chuté à destination de l’Union européenne (-28% à 6 700 téc).

En cumul de janvier à novembre 2018, les exportations néozélandaises de viande ovine ont progressé de 4% par rapport à 2017, avec une nette réorientation des envois vers la Chine (+22% /2017).