Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 359 Mars 2024 Mise en ligne le 25/03/2024

A l’image de la France, d’autres grands pays producteurs de l’Union européenne voient leur collecte patiner en ce début 2021. Et la croissance de la collecte chez la plupart des autres pays membres ne suffit pas à compenser cette baisse.

Repli en Allemagne, Pays-Bas et Pologne

Outre-Rhin, la collecte est aussi à la peine sur le 1er trimestre d’après les sondages hebdomadaires d’AMI, et s’inscrit dans un reflux continu depuis août 2020 (-0,9% sur le dernier trimestre 2020 notamment). Sur février, les livraisons des producteurs allemands auraient reflué de plus de -2% /2020 (effet bissextile neutralisé), à 2,45 Mt. Cette baisse aurait été un peu moins marquée en mars (-1,4%). Au total sur le 1er trimestre, les livraisons auraient reculé de -1,8% /2020, à 7,9 Mt leur plus bas niveau depuis 2017.

Livraisons mensuelles Allemagne

Aux Pays-Bas, 3ème pays laitier de l’UE-27 qui avait renoué avec une collecte croissante sur 2020 après 3 années consécutives à la baisse, la collecte suit la même trajectoire baissière qu’en France et en Allemagne avec un repli de près de -2% en février puis environ -0,7% encore en mars, soit un enchainement de 4 mois à la baisse depuis décembre. Sur le 1er trimestre, la collecte néerlandaise accuserait ainsi une baisse de -1,3% d’une année sur l’autre, à 3,49 Mt.
Il faut dire que les prix se sont révélés moins attractifs pour des producteurs néerlandais prompts à ajuster leur production à la conjoncture. Les prix annoncés par la coopérative FrieslandCampina ont peiné à se rétablir fin 2020. A 343 €/t en octobre, le prix semblait rattraper ses niveaux des années précédentes (-5 € /2020), mais entre novembre et février l’écart s’est creusé de nouveau, avec 12 à 15 € de moins d’une année sur l’autre sur ces mois.
A 353 €/t en mars, le prix du lait garanti se situait encore 10 € sous son niveau de mars 2020. Puis porté à 360 €/t en avril, il a dépassé de 10 € celui de l’an dernier, retrouvant ainsi son niveau de 2019.

Prix Pays-Bas FrieslandC

Au 4ème rang de l’UE-27 avec pour le coup une vraie dynamique de croissance sur les dernières années (+2% en 2020), la Pologne a elle aussi vu sa collecte se replier en février (-0,3% /2020 effet bissextile neutralisé), une 1ère depuis un repli quasi-anecdotique en juin 2019. Ce recul reste cependant très modéré et peut être lié à des conditions hivernales. Contrairement au trio de tête, les prix du lait polonais s’établissent encore à des niveaux supérieurs à ceux de l’an passé sur ce début d’année (+2% en euro, à 327 €/t, et +7% en zlotys sur le 1er trimestre).

Italie et Irlande poursuivent leur progression malgré des évolutions de prix divergentes

Derrière le quatuor de tête, l’Italie et l’Irlande connaissent une collecte toujours dynamique, à respectivement +3,6% et +8% sur février, Si les producteurs irlandais voient leur prix du lait augmenter (+5% en février /2020, à 348 €/1 000 l), ce n’est pas le cas des producteurs transalpins : le prix du lait en Lombardie, à 375 €/1 000 l sur les deux premiers mois de 2021, affichait un repli de -5% /2020 en janvier et de -3% en février.

La collecte espagnole a rebondi en février (+0,6% effet bissextile neutralisé) après 2 mois de baisse en décembre et janvier. Les prix perçus par les producteurs affichent une hausse d’à peine +1% d’une année sur l’autre, à 338 €/ 1 000 l en février.

La collecte UE-27 en repli pour le 2ème mois consécutif

En somme, la collecte de l’UE-27 affiche un peu moins de 11 Mt sur février, soit un reflux de 0,6% d’une année sur l’autre correspondant à une baisse de 70 000 tonnes (effet bissextile neutralisé). L’Allemagne, la France et les Pays-Bas, avec des replis respectifs de -55 000, -52 000 et -22 000 t sont les principaux contributeurs de cette baisse qui n’est compensée que partiellement par les dynamiques des autres pays membres, en 1er lieu l’Italie (+37 000 t) et l’Irlande (+21 000 t).

Variation collecte UE-27