Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 359 Mars 2024 Mise en ligne le 25/03/2024

La bonne tenue du prix du lait en France et une année fourragère qui s’annonce très favorable n’enrayent pas le recul de la collecte française.

Depuis le début d’année, les transformateurs laitiers privilégient les fabrications de produits finis, dont laits et crèmes conditionnés, si bien que le recul des fabrications de poudres de lait s’accentue.

Recul persistant de la collecte laitière française malgré des conditions propices

La collecte française a poursuivi un recul appuyé en juillet (-2,9% / 2022). Sur les 7 premiers mois de l’année, la baisse de la collecte a atteint -2,3% /2022. Depuis 2021, la collecte a entamé un repli structurel qui s’accentue en 2023 malgré une très bonne année fourragère 2023 et un prix du lait supérieur à celui de l’an passé. Toutefois, les maïs fourrages récoltés en 2022 et distribués jusqu’à cet été étaient peu lactogènes. D’après les enquêtes hebdomadaires de FranceAgriMer, le retrait de la collecte aurait été de même ampleur en août (-2,4% / 2022). Malgré des conditions favorables (fourrages, prix du lait), le nombre de livreurs connait un recul qui s’accentue (-4,5% en un an), l’élevage laitier ayant le taux de renouvellement le plus faible en agriculture. La majorité des élevages laitiers disposent de bâtiments et d’équipement saturés. La problématique travail devient très limitante. Seule la Normandie tire son épingle du jeu avec une progression de sa collecte de +0,9% /2022 en cumul jusqu’à juillet ainsi que les Hauts de France (+0,4%).

Avec l’amélioration des taux butyreux et protéiques, la collecte nationale calculée en MSU recule moins nettement sur les sept premiers mois de l’année (-0,8% /2022).

Au 1er août 2023, l’effectif de vaches laitières a enregistré une baisse de -2,2% /2022. Ce repli est moins prononcé que les mois précédents :  conséquence de la forte diminution des sorties de vaches de réforme (-4% en août /2022) et nombre d’entrée de génisses est reparti à la hausse (+3% /2022).

Le prix du lait s’est redressé en France en juillet et se maintient

En juillet 2023, le prix du lait standard (toutes qualités) en France est remonté de +8 € en un mois, à 458 €/1 000 l. Il reste toujours plus élevé qu’un an auparavant (+10 € /2022). Dans le même temps, il décroche un peu partout en Europe, depuis janvier 2023, et se retrouve désormais en dessous des prix de l’année dernière, à l’exception de l’Espagne. En août et septembre, le prix du lait en France devrait se maintenir, d’après nos estimations, dans un contexte de forte tension sur la ressource laitière française.

Les charges en élevage poursuivent leur repli d’après l’IPAMPA lait de vache. Cet indicateur, qui n’intègre pas l’ensemble des charges, a diminué faiblement en juillet de -0,3% /juin 2023 avec un poste énergie qui est reparti à la hausse après un an de baisse (+2,3% /juin2023). Le poste engrais amendement poursuit son recul entamé fin 2022 (-38% entre octobre 2022 et juillet 2023). Le prix de l’aliment continue de baisser (-7,7% entre février et juillet 2023), mais cette diminution s’atténue en juillet.

La marge MILC en France, estimée à 144 €/1 000 l en juillet, a augmenté de +7 € d’un mois sur l’autre sous l’effet de la hausse du prix du lait et de la faible réduction des charges. Le produit des ventes d’animaux a légèrement fléchi. Sur un an, la MILC a augmenté de +18 €/1 000 l. Le produit lait a progressé (+10 € /2022) alors que les autres produits se sont réduits (-3 €), mais les charges ont reculé (-10 €).

Des fabrications de laits et crèmes conditionnés dynamiques

En ce début d’année, les industriels ont orienté leurs fabrications vers les laits et crèmes conditionnés tandis qu’ils ont considérablement réduit celles de poudres. En juillet 2023, les fabrications de laits conditionnés ont été très soutenues (+4% /2022). En cumul depuis le début d’année, elles ont progressé de +1% /2022. Les fabrications de crèmes conditionnées ont augmenté quant à elles de +4% sur les 7 premiers mois de l’année. Les fabrications de yaourts et de beurre ont légèrement repris en juillet (+1% /2022) et sont stables en cumul sur le début d’année.

Les fabrications de fromages, tous laits confondus, ont globalement reculé depuis le début d’année (-1% /2022). Les fabrications de fromages à pâte molle résistent mieux (stabilité sur 7 mois) alors que celles de fromages à pâte pressée non cuite reculent sévèrement (-6% /2022) et celles de fromages à pâte pressée cuite légèrement (-2%). La consommation des fromages est affectée par la hausse des prix.

Les fabrications de poudres maigre et grasses ont accentué leur repli en juillet (-13% / 2022). En cumul depuis le début d’année, la baisse est marquée pour les fabrications de poudre maigre (-6% /2022) et de poudres grasses (-3%).