Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 357 Janvier 2024

La collecte laitière européenne a progressé modestement en ce début d’année, mais devrait se stabiliser prochainement. Les prix du lait en net recul et les conditions climatiques de ces dernières semaines ne vont pas favoriser la production.

Avec l’envolée des prix alimentaires, la consommation de produits laitiers recule dans toute l’Europe, incitant les consommateurs à faire des arbitrages.

Face à la bonne tenue de la collecte et une consommation intérieure en berne, les exportations ont repris, particulièrement en poudre maigre.

Des signes de stabilisation de la collecte européenne

La collecte de lait dans l’UE-27 a légèrement progressé en avril 2023 (+0,7% /2022), poursuivant sa reprise engagée en septembre 2022.  A l’exception de la Pologne (+2,2% /avril 2022), des Pays-Bas (+3,3%) et de l’Allemagne (+2,9%), la collecte recule dans les autres grands pays producteurs de l’UE. Elle a particulièrement fléchi en Irlande en avril (-3,3% /2022) et aussi en France (-2,1% /2022). Le prix du lait irlandais a lourdement chuté quand les coûts de production restent élevés. Il convient de noter la reprise de collecte en Espagne, après un an de baisse. La sécheresse qui sévit déjà dans de nombreuses régions européennes et le recul important des prix du lait auront un impact négatif sur la collecte européenne. Selon la Rabobank, la collecte de l’UE-27 devrait se stabiliser dans les prochains mois et baisser sur la dernière partie d’année.

La collecte au Royaume-Uni est restée stable en avril comparé à la même période 2022, après plusieurs mois de croissance. La baisse du prix du lait et les conditions météorologiques plus fraîches et humides, limitant les possibilités de pâturage, ont contraint la production. Et le climat désormais plus sec suscite des inquiétudes pour l’été.

Le prix du lait dans l’UE-27 connait une forte chute depuis le début d’année, après une croissance ininterrompue en 2022. À 475 €/t en avril 2023, Il a perdu 107 €/t par rapport au pic de décembre 2022, mais excède encore de +13 € son niveau d’avril 2022.

Reprise des fabrications de beurre et de poudre maigre

Sur le premier trimestre, les fabrications dans l’UE-27 ont été dynamiques à l’exception des laits conditionnés (-2% /2022) et des poudres grasses (-3%). Elles ont progressé de +4% en beurre, avec des hausses notables en Allemagne, Irlande, Belgique et Danemark. Les fabrications ont augmenté de +2% en crème, +1% pour les fromages et la poudre maigre. Elles sont restées stables en laits fermentés. On observe toutefois une moins bonne tenue des fabrications en mars avec un repli appuyé en laits conditionnés (-4% /2022).

La consommation de produits laitiers impactée par l’inflation des prix

Après une progression en 2022 des prix à la consommation alimentaire dans l’UE-27 de +12% /2021, une forte accélération est observée sur janvier-avril 2023 de +18,2% /2022. La consommation de produits laitiers calculée par bilan a plutôt bien résisté en 2022 dans l’UE-27, mais devrait baisser en 2023 sous l’effet de la forte inflation alimentaire.

Les prix à la consommation des produits laitiers ont augmenté partout en Europe avec des nuances selon les pays. En Allemagne, ils se sont envolés de +20% (fromages, lait UHT) à +40% (beurre) sur l’année 2022. Le prix du beurre est désormais en recul depuis son plus haut niveau de septembre 2022. Depuis quelques semaines, les prix des fromages sont stables et les laits conditionnés en légère hausse. En Italie, les prix ont progressé de +10% (laits conditionnés) à +20% (beurre) en 2022. Sur le début d’année 2023, l’inflation des prix des produits laitiers s’est stabilisée autour de +20% et reflue légèrement depuis quelques semaines. La France a connu une progression moins marquée des prix à la consommation des produits laitiers en 2022, de +6% (ultra frais) à +12% (matière grasse laitière). Toutefois, la hausse des prix s’est accentuée en magasins début 2023, avec un accroissement de +13% en glissement annuel jusqu’à la période 4 de 2023.

La hausse des prix à la consommation a provoqué une baisse généralisée des achats des ménages en volume. On peut l’illustrer notamment par le recul des achats des ménages allemands. Sur 12 mois glissants à mars 2023, ils se sont rétractés de -6% pour les laits liquides, le beurre et les fromages, de -4% pour la crème et de -2% pour les yaourts. La consommation se redresse ces derniers mois pour le beurre.

Les consommateurs ont par ailleurs effectué d’autres arbitrages. Une descente en gamme a été observée avec des produits de marques de distributeurs (MDD) plus convoités que les marques nationales, moins de produits bio achetés ou encore des achats plus importants en magasins discount.

Des exportations de poudre maigre en nette hausse

Une consommation intérieure touchée par l’inflation et une collecte qui s’est bien tenue sur ce début d’année ont favorisé les exportations de l’UE-27. En recul sur presque tous les produits en 2022, les exportations ont nettement repris en 2023 en poudre maigre et en beurre. Sur le premier quadrimestre, les exportations de poudre maigre ont progressé de +29% /2022. Elles se sont envolées vers l’Algérie (x2,7 /2022), le 1er client de l’UE-27, et vers la Chine (+51%), le 2ème marché. Elles sont en croissance vers presque toutes les destinations. Les exportations de beurre ont augmenté de +7%, en hausse de 77% vers les Etats-Unis. Les exportations sont proches de la stabilité en fromages, avec une progression vers le 1er marché qu’est le Royaume-Uni (+5%), un recul de -10% vers les Etats-Unis et de -18% vers le Japon. Elles sont restées stables également pour le lactosérum, en hausse de +22% vers la Chine et en recul de -12% vers l’Indonésie.

Les exportations ont en revanche reculé fortement en laits conditionnés (-18,5%), particulièrement vers la Chine (-30%) qui représente 39% des volumes exportés.

A souligner que les exportations européennes ont connu une reprise significative en mars et aussi en avril. Mesurées en équivalent lait, le volume cumulé des 5 principaux produits exportés (beurre, fromages, poudre maigre, poudres grasses et poudre de lactosérum), a bondi en mars de +11% /2022 et de +6% en avril.