Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 342 Septembre 2022

Les prix des intrants ne sont pas redescendus de leur record de mars si bien que les coûts de production restent à des niveaux inédits. Les prix des bovins ne sont pas encore suffisants pour couvrir les coûts mais ils gagnent encore quelques centimes chaque semaine du fait de la réduction de l’offre.

En effet, le cheptel européen recule, les réformes sont limitées, les sorties de jeunes bovins se sont momentanément accélérées mais restent en-deçà de la demande européenne, la baisse des disponibilités en broutards français s’amplifie, l’offre en veaux gras est toujours bien maîtrisée…

Toutefois, l’inflation des dépenses contraintes, et notamment de l’énergie, fait craindre une modification du panier alimentaire des ménages en absence d’aides spécifiques pour les foyers aux revenus modestes.