Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 361 Mai 2024

Les tendances de vente observées en 2022 semblent persister en ce début d’année 2023. Les achats des ménages sont en berne et les exportations se dégradent en volume.

Le beurre premier touché par la baisse des ventes de produits laitiers

Les volumes vendus de produits laitiers en magasins ont légèrement baissé en février (-0,7% /2022), après une forte chute en janvier (-5,1% /2022). Le beurre reste le produit le plus impacté par le recul des ventes (-7,1% en février). Les ventes des autres produits laitiers sont demeurées stables en volume en février voire ont légèrement augmenté, à l’exception des desserts frais (-4,2%) et des fromages frais (-1,2%). Les fromages et la crème restent les moins marqués par la baisse des achats. Les prix à la vente des produits laitiers ont dans le même temps explosé en février (+18% /2022). Le beurre a continué de voir son prix s’envoler (+24%).

Sur ce début d’année, les ventes de produits laitiers en magasins ont ainsi continué de baisser, s’inscrivant dans la tendance constatée en 2022. Sur l’année 2022, les ventes ont reculé de -2,5% /2021 en volume, mais se sont appréciées de +5,2% en valeur, avec la hausse des prix. En comparaison avec l’année 2019 (avant covid-19), les ventes de produits laitiers ont enregistré une baisse de -1,6%. Le beurre et les laits liquides ont affiché un repli marqué, de -4% /2019, quand les fromages et la crème ont progressé de +3%.  Il est à noter que depuis mi-2022, les ventes de produits laitiers ont tendance à se stabiliser, à l’exception du beurre en chute libre.

Les consommateurs se détournent des produits laitiers bio

Selon les catégories de produits, le recul des ventes n’a pas été de même ampleur. Les produits laitiers biologiques sont de plus en plus délaissés par les ménages. En cumul sur les deux premières périodes de l’année, les ventes de produits laitiers bio se sont fortement rétractées de -9% /2021 pour les yaourts et jusqu’à -18% pour les fromages.

Les produits laitiers biologiques entament leur 3ème année de recul des ventes en magasins. En 2021, les ventes se sont déjà repliées de -5% à -12% /2020 selon les produits. Et en 2022, la situation s’est aggravée avec un recul de -8% à -16% /2021. Les laits conditionnés et les yaourts résistent mieux quand la crème et les fromages s’écroulent. Et dans le contexte actuel d’inflation, les achats de produits laitiers bio ne devraient pas repartir de si tôt. Ce qui n’est pas sans préoccuper la filière dont la collecte de lait bio devrait au mieux rester stable voire légèrement baisser en 2023. Le lait déclassé, encore en proportion importante cette année, devra nécessairement être bien valorisé pour ne pas impacter à la baisse le prix du lait bio.

L’excédent commercial laitier français s’est de nouveau dégradé en janvier 2023

Le bilan du commerce extérieur n’est guère meilleur. En janvier 2023, les exportations de produits laitiers ont continué de diminuer en volume. Le recul est particulièrement important pour les laits conditionnés (-27% /2022), la poudre de lactosérum (-19%), le lait vrac (-17%) ou encore les poudres grasses (-11%). A contrario, les importations ont progressé en volume pour presque tous les produits, particulièrement le lait vrac (+36% /2022), le beurre (+15%) et la crème (+14%). Le solde commercial s’est réduit de -2% /2022 à 275 millions €. Ce mois de janvier prolonge les tendances à l’œuvre en 2022.

Sur l’année 2022, les exportations ont certes progressé en valeur (+16% /2021), mais les importations, en forte hausse, les ont largement surpassées (+38% /2021). L’excédent commercial s’est ainsi dégradé et est retombé à son niveau de 2018 (-12% /2021), à près de 3 milliards €. Les exportations se sont réduites en volume sur presque tous les produits, à l’exception du lait vrac (+9% /2021). Avec la baisse de collecte annuelle (-0,7% /2021), les importations ont augmenté, particulièrement sur le lait vrac (+37% /2021 en volume) et le beurre (+10% /2021).

Pour la cinquième année consécutive, le solde commercial des fromages s’est encore détérioré, de -15% /2021 à +1,02 Mrd € en 2022. A noter un recul des importations de fromages fondus (-14 % en volume) et une chute des fromages râpés (-57%). En revanche, les importations de cheddar ont bondi de +25%, principalement en provenance du Royaume-Uni.

Pour le beurre, les exportations sont restées stables en volume et ont progressé de +32% en valeur en 2022. Toutefois, les importations ont augmenté de +10% en volume et de +76% en valeur, hausse qui incombe à la Belgique, l’Allemagne et la Pologne notamment. Le déficit commercial s’est encore creusé, à -827 M€ en 2022. Le solde commercial de la crème a été de nouveau déficitaire, s’élevant à -69 M€. En 2022, l’excédent commercial en ingrédients secs a atteint +1,5 Mrd €, en hausse de +14% /2021 en raison de l’amélioration des cours des ingrédients laitiers.