Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 346 Janvier 2023 Mise en ligne le 19/01/2023

La collecte repart à la baisse sur la fin d’année 2022 après un rebond de quelques semaines. Le fort recul du cheptel laitier et la médiocre qualité des fourrages impactent la production. Le prix du lait et celui des charges en élevage se stabilisent sur la fin d’année.

La collecte française recule de nouveau après un bref rebond

Depuis mi-novembre, la collecte laitière française amorce un reflux comparé à la même période 2021. Ce repli s’est accéléré à la mi-décembre : la baisse dépasse les -3% par rapport à n-1 d’après les enquêtes hebdomadaires de FranceAgriMer. Et rappelons que les derniers mois 2021 avaient été très en deçà de 2020.

En cumul sur l’année, la baisse de la collecte ne dépasse pas les -1% /2021 grâce au sursaut de collecte de l’automne. En 2021, le recul était de -1,5% /2020.

Malgré un prix du lait croissant

Le prix du lait est pourtant incitatif. En novembre 2022, le prix du lait standard 38-32 toutes qualités a atteint 472 €/1 000 l (moyenne nationale), en hausse de +5 € sur celui d’octobre. Puis il s’est stabilisé en décembre. En même temps, les charges sont demeurées stables sur le dernier trimestre. Sur l’année 2022, elles ont toutefois progressé de +19% /2021. Le prix du lait a quant à lui augmenté de +20% /2021.

Et une amélioration de la marge MILC

La marge MILC a de nouveau progressé en novembre 2022 pour atteindre 160 €/1 000 l. Elle s’améliore de +6 € d’un mois sur l’autre grâce à une légère progression du produit lait et une stabilité des charges. Sur un an, la MILC est en hausse de +58 €/1 000 l. La hausse du produit lait (+99 € sur 1 an) et celle des autres produits (+19 €) compensent largement l’augmentation des charges indicées (+60 €).

Malgré un prix du lait encourageant et des charges stables, la collecte se replie. La forte baisse du cheptel laitier impacte le niveau de production qui ne peut être compensé par l’amélioration de la productivité laitière. Ce recul s’est accentué depuis septembre. Au 1er décembre 2022, les effectifs de vaches laitières ont de nouveau reculé de -2,3% /2021.

En un an, le nombre de livreurs s’est réduit de -4,7% d’après l’Enquête mensuelle laitière qui en recensait 44 435 en novembre 2022.

La dynamique de collecte est très variable selon les régions. Elle progresse ou ou stabilité en Pays de la Loire (+0,6% sur 11 mois 2022 /2021), Normandie (-0,3%), Centre Val de Loire (-0,2%), Haut de France (-0,4%), Grand Est (+1%) et Bourgogne-Franche-Comté (+0,6%). Pour la 4ème année consécutive, la collecte est en retrait en Bretagne (-1,1% sur 11 mois 2022 /2021). En Nouvelle Aquitaine (-5,8%), Occitanie (-4,4%), Ile de France (-4,4%) et PACA (-1,7%), le décrochage de la collecte se poursuit.