Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 359 Mars 2024 Mise en ligne le 25/03/2024

Malgré des abattages et des volumes importés en progression, l’augmentation des prix moyens à l’import et l’amélioration qualitative de l’offre française ont permis au cours français de l’agneau de repartir à la hausse en février.

Nouvelle progression des abattages d’agneaux

En hausse au 4ème trimestre 2018, les abattages français d’agneaux ont à nouveau grimpé de 4% en janvier 2019, pour atteindre 259 000 têtes. Leurs carcasses étaient en outre plus lourdes qu’en 2018, à 17,9 kg en moyenne (+1%). Dans le même temps, les abattages d’ovins adultes ont en revanche chuté de 8% par rapport à l’année précédente, à 35 000 têtes, de même que leur poids moyen de carcasse (-2% à 26,3 kg). Au total, la production française de viande ovine s’est établie à 5 600 téc en janvier, soit 3% de plus qu’en 2018.

Les volumes et les prix de la viande ovine importée ont augmenté en janvier

Les importations françaises de viande ovine ont progressé de 7% en janvier, à 7 200 téc, dopées par le dynamisme des achats en provenance du Royaume-Uni (+14% à 3 600 téc) et d’Espagne (+31% à 900 téc). Elles étaient à l’inverse réduites depuis l’Irlande (-11% à 1 300 téc) et la Nouvelle-Zélande (-7% à 1 000 téc).

Le prix de ces importations était toutefois en hausse, allégeant la pression exercée sur le cours français de l’agneau. À respectivement 4,98 €/kg éc et 5,58 €/kg éc, les prix des carcasses d’agneaux réfrigérées importées du Royaume-Uni (70% des envois britanniques) et d’Irlande (26% des envois irlandais) étaient notamment supérieurs de 2% et 5% à leurs niveaux de 2018.

Le cours de l'agneau français amorce sa hausse saisonnière

Fin de la baisse saisonnière du cours de l’agneau français

Après un recul plus marqué qu’en 2018 en début d’année, la cotation française est repartie à la hausse en février, notamment à la faveur d’une offre française plus qualitative et de prix à l’import supérieurs à ceux de l’année précédente. À 6,01 €/kg de carcasse début mars, le Prix Moyen Pondéré de l’agneau calculé par FranceAgriMer dépassait ainsi de 32 centimes sa valeur du mois précédent. Suite à l’important repli de janvier, la cotation restait toutefois inférieure de 21 centimes (-3%) à son niveau de 2018, mais était 73 centimes au-dessus de son bas niveau de 2017 (+14%).