Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 360 Avril 2024

Le cours de l’agneau français plonge face au manque de consommation, aux prix bas à l’import et à l’effondrement de la valorisation du 5ème quartier.

Recul des abattages en mai

À respectivement 318 000 têtes et 53 500 têtes en mai, les abattages français d’agneaux et d’ovins adultes ont baissé de 7% et 4% par rapport à l’année précédente. Alors que le poids carcasse moyen des ovins adultes était également en repli (-2% /2018, à 26,3 kg), celui des agneaux a progressé de 2% (à 18,6 kg). Au total, la production française de viande ovine a atteint 7 300 téc en mai, soit 6% de moins qu’en 2018.

En cumul de janvier à mai 2019, la production française enregistre une diminution de 1% par rapport à la même période de 2018.

Les importations de viande ovine baissent en volume et en prix

Après un bond en avril, lié au décalage de la date de Pâques, les importations françaises de viande ovine se sont repliées de 4% en mai, à 7 700 téc. La forte hausse des achats en provenance du Royaume-Uni (+38% /2018, à 2 800 téc) et d’Irlande (+15%, à 1 600 téc) n’a en effet pas compensé la chute des volumes importés depuis l’Espagne (-35% à 1 600 téc) et la Nouvelle-Zélande (-31% à 1 000 téc).

Les prix des carcasses d’agneaux réfrigérées importées d’Irlande et du Royaume-Uni restaient toutefois très en deçà de leurs niveaux de 2018 (-12% /2018 à 6,22 €/kg équivalent carcasse pour l’Irlande ; -18% à 5,42 €/kg éc pour le Royaume-Uni), accentuant ainsi la pression sur le cours français.

Au total sur les 5 premiers mois de l’année, les achats français de viande ovine affichent toutefois toujours une progression de 3% par rapport à l’année précédente.

Le cours de l’agneau français poursuit sa chute

Alors que les fortes chaleurs du mois de juin ont pesé sur la consommation française de viande ovine, déjà morose les mois précédents, les prix bas à l’import et le manque de valorisation du 5ème quartier ont accentué le recul de la cotation française. À 5,91 €/kg de carcasse début juillet, le cours moyen de l’agneau lourd calculé par FranceAgriMer était ainsi inférieur de 42 centimes (-7%) à sa valeur de 2018 et de 57 centimes (-9%) à celle de 2017.