Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 361 Mai 2024

Après avoir connu début juillet leur premier vrai pic saisonnier depuis 2019, les prix des veaux laitiers ont nettement reflué en août, reprenant ainsi leur trajectoire historique. Malgré des disponibilités toujours limitées, les exports de veaux laitiers sont repartis à la hausse en juillet.

Pic estival de prix

En semaine 35, le veau mâle laitier de 45 à 50 kg cotait ainsi 69 €/tête, en repli de 17 € sur quatre semaines et inférieur de -11,5% (-9 €) à la cotation de 2022. La cotation du veau mâle laitier de 50 à 55 kg, un peu plus lourd, atteignait 92 €/tête en semaine 35, en baisse également sur quatre semaines (-19 €) et passé également sous la cotation de 2022 (-12,4% ou -13 € /2022).

Les prix des veaux mâles de type viande (races mixtes, croisés lait-viande et allaitants) ont connu une évolution similaire au cours de l’été. En semaine 35, la cotation nationale atteignait 231 €/tête, en repli de -2% (-5 €) sur quatre semaines, mais demeurait supérieure au niveau des années précédentes (+11% ou +23 € /2022, +59 € /2021).

D’après les opérateurs enquêtés, les effectifs de veaux laitiers achetés en juin et juillet ont été similaires à ceux de l’an dernier, soutenant les cours. En août en revanche, les mises en place en France auraient reculé, ce qui aurait entraîné les prix des veaux laitiers dans leur sillage.

Légère hausse des naissances d’été

En juillet, les naissances de veaux issus du troupeau laitier étaient en hausse de +3,6% /2022, à 252 000 têtes, mais restaient inférieures à celles 2021 (-7,1%). Les naissances de veaux destinés à l’engraissement (tous mâles issus de mère laitière et mâles et femelles croisés lait-viande) suivi la même progression, de +3,2% /2022 mais -5,6% /2021, pour s’établir à 152 000 têtes en juillet.

Sur la campagne 2022-2023, qui s’est achevée en juin, 3 204 000 veaux sont nés de mère laitière, un effectif en baisse de -3,6% (-120 000 têtes) par rapport à la campagne précédente. Les naissances de veaux disponibles pour l’engraissement ont reculé moins fortement, à 1 914 000 têtes (-3,3% ou -65 000 têtes /2022).

À l’été 2023, la décapitalisation laitière se poursuivait à un rythme un peu moins soutenu que les mois précédents. Ainsi, au 1er août 2023, 3 344 000 vaches laitières étaient présentes en France, en baisse de -2,2% /2022 et -4% /2021.

Reprise des envois de veaux laitiers

En juillet d’après les données SPIE-BDNI, les exports de veaux laitiers français, toutes destinations confondues, sont repartis à la hausse après un début d’année en léger recul. Ainsi, en juillet, 23 000 veaux de mère laitière ont été exportés, en hausse de +19% /2022 (+3 500 têtes). En cumul sur sept mois, les envois se sont élevés à 169 000 têtes, en recul de -3,8% (ou -7 000 têtes) /2022, mais en hausse de +5,5% /2021.

D’après les Douanes, l’Espagne restait en début d’année la destination privilégiée des veaux français. Ainsi, sur le premier semestre 2023, 91% des animaux exportés l’ont été vers l’Espagne. L’Italie demeure la deuxième destination, avec 8% des envois.

Baisse saisonnière des cours des veaux laitiers en Espagne

Après avoir connu un plateau à des niveaux élevés entre avril et juin, les prix des veaux laitiers en Espagne ont amorcé une baisse saisonnière relativement rapide début juillet, repassant même sous leur niveau de 2022. Ainsi, en semaine 35, le veau frison de moins d’un mois cotait 118 €/tête (-9% ou -12 € /2022, mais +8 € /2021).