Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 357 Janvier 2024

Le confinement en Espagne et la renationalisation de l’approvisionnement des transformateurs pèsent sur la collecte de lait chèvre et le prix du lait payé aux livreurs espagnols.

Le prix du lait prix dégringole

Le prix du lait de chèvre en Espagne a fortement reculé au mois d’avril, à 632 €/1 000 litres, soit +2% /2019, mais -4% par rapport au prix de mars (655 €/1 000 litres). Pour rappel, le prix du lait de chèvre en Espagne, très volatil, est étroitement lié au prix du lait de vache, compte tenu de la tradition espagnole de fromage de mélange, mais également à la demande à l’export, dont les deux principaux débouchés sont la France et la Chine. Ainsi, l’affaiblissement de la demande française en lait de chèvre espagnol se répercute sur les prix pratiqués en Espagne.

Alors que la filière caprine espagnole sortait d’une longue phase de récession, avec une hausse quasi continue du prix du lait depuis la mi-2018, le tarissement de la demande française au mois d’avril a stoppé nette cette évolution. Le prix du lait de chèvre en Espagne devrait se dégrader davantage dans les mois à venir, compte tenu de l’imprévisibilité de la consommation de fromages de lait de chèvre et de lait de mélange en GMS, et de la très probable baisse de la demande en RHD (si le secteur touristique ne redémarre pas, comme le laissent prévoir les mesures de restriction de circulation pour les voyageurs étrangers, hors-UE).

… et décourage la collecte

En Espagne, l’année 2019 était marquée par une baisse des disponibilités en lait de chèvre, avec une collecte cumulée de 475 millions de litres, soit -1,4% /2018. Cette conjoncture avait favorisé la hausse progressive des cours, ce qui a sans doute relancé la production début 2020. La collecte affichait des taux de croissance positifs en janvier (+2,5% /2019) et février (+5%), mais la filière espagnole, très réactive aux signaux du marché, avait adapté la production et les livraisons dès la mise en place des premières mesures de confinement en Espagne et en France. Au début du confinement, en mars, la collecte espagnole de lait de chèvre a moins progressé (+0,8% /2019), puis  a décroché en avril de près de -5%. Cette baisse s’explique également par les abattages massifs de chèvres pour lutter contre la tuberculose en Andalousie, première région caprine espagnole.