Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 357 Janvier 2024

Au 4ème trimestre, le prix moyen du lait de chèvre a fortement progressé d’une année sur l’autre, sous l’effet de la hausse du prix de base. Cependant, les éleveurs doivent faire face à la hausse des charges bien supérieure, ce qui rogne leurs marges.

Hausse de 14% du prix de base au 4ème trimestre

Le prix de base du lait de chèvre (à la composition standard 35MG / 30MP) s’est établi à 895 €/1 000 litres au 4ème trimestre 2022. Il a fortement évolué sur l’année par rapport à l’année précédente, allant de +5% au 1er trimestre à +14% au 4ème trimestre. Sur l’année, la moyenne annuelle pondérée du prix de base s’établit à 763 €/1000 litres, soit une hausse de +69 € (+10%) par rapport à l’année passée.

Au 4ème trimestre, le prix de base du lait de chèvre est le plus élevé dans le Sud-Est, à 924 €/1 000 litres, soit +14% /2021. Les bassins du Centre et du Sud-Ouest arrivent ensuite, avec des prix de base qui s’établissent à 912 € et 894 €/1 000 litres respectivement, soit +15% et +11% /2021. Le bassin du Centre-Ouest ferme la marche avec un prix de base à 885 €/1 000 litres, avec une hausse relative de +13% /2021.

Détérioration de la composition du lait de chèvre

La composition du lait de chèvre s’est encore dégradée au 4ème trimestre 2022 dans le prolongement de la tendance baissière amorcée au 3ème trimestre. Le taux butyreux a diminué de -2,8% /2021, à 41,7 g/l. La dégradation est la plus marquée dans les bassins Centre et Sud-Est respectivement de -3,6% à 41,5 g/l et -4% /2021 à 39,6 g/l. Elle est moindre dans le Centre-Ouest et Sud-Ouest de respectivement -2,3% à 42,2 g/l et -2,4% /2021 à 40,9 g/l.

Le taux protéique de la collecte nationale a aussi reculé au 4ème trimestre de -0,8% /2021, à 37,5 g/l. La dégradation de la composition du lait est similaire dans toutes les régions à l’exception du Centre où la baisse est plus forte (-2,7%).

Forte progression du prix payé aux livreurs

Le prix moyen national du lait de chèvre payé aux livreurs au 4ème trimestre s’établit à 997 €/1 000 litres, une progression de 90 € d’une année sur une autre (+10% /2021). En décembre 2022, le prix moyen payé a progressé de +12% /2021, à 1 022 €/1 000 litres.

Au 4ème trimestre, le prix moyen le plus élevé se trouve dans les bassins Centre et Sud-Est (1 025 €/1 000 litres, soit +9% à +10% /2021). Arrivent ensuite les bassins du Sud-Ouest (994 €/1 000 litres, soit +12% /2021) et Centre-Ouest (982 €/1 000 litres, soit +9% /2021).

Forte hausse des charges

L’année 2022 a été marquée par la hausse des charges en élevage. A l’indice 136 en moyenne annuelle (base 100 = 2015), l’IPAMPA a bondi de près de +20% /2021. L’alimentation achetée, principal poste de charge en élevage caprin, a augmenté de +24% /2021, mais c’est surtout le poste « énergie et lubrifiants » qui a connu une forte envolée de +37% /2021.

La MILC poursuit sa valorisation saisonnière amorcée depuis juillet 2022. En décembre, elle s’établit à 366 € /1 000 litres, soit une légère progression de +2% /2021. Cumulée sur l’année, la MILC s’est toutefois dégradée de -20% /2021, à 209 €/1 000 l.