Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 342 Septembre 2022

Depuis octobre, les naissances laitières ont amorcé leur baisse saisonnière habituelle. Le recul de l’offre a tout récemment fait remonter la cotation des veaux mâles laitiers, qui reste néanmoins inférieure à son niveau de 2019. En 2021, les exportations de petits veaux ont de nouveau battu un record : elles ne cessent de progresser ces dernières années à cause de la contraction des débouchés français.

Le recul de l’offre soutient les cours

Après une fin d’année 2021 morose du fait d’un déséquilibre entre l’offre et la demande récurrent à cette période de l’année, les cours sont remontés en janvier 2022. La cotation du veau mâle type lait de 45-50 kg s’est appréciée de +11 centimes en six semaines pour atteindre 65 €/tête en semaine 6, une hausse de +6 € /2021 (+10%) et de +8 € /2020 (+14%). Elle reste néanmoins inférieure à la cotation 2019 (-8 €). La baisse saisonnière des naissances laitières fait reculer l’offre et soutient les cours.

Le veau mâle type viande (veaux de race laitière mixte, veaux croisés lait-viande et viande) cotait 206 €/tête en semaine 6. La mise en place d’une nouvelle grille de cotation à partir de la première semaine de 2022 a entraîné une rupture de série et ne permet plus de comparer la cotation 2022 avec les cours des années précédentes.

Toujours plus de veaux croisés

287 000 veaux de mère laitière sont nés en décembre 2021, en repli de -3,5% /2020 (-12 000 têtes) et -6,3% /2019. En cause, le recul des effectifs de vaches laitières de -2,2% /2021 (-66 000 têtes) au 1er janvier 2022 : les sorties de vaches ont été quasi-stables en décembre, mais les entrées de génisses se sont contractées de -3% /2020.

Sur l’ensemble de l’année 2021, 3 339 000 veaux de mère laitière sont nés soit -1,4% /2020 (-49 000 têtes) et -2,2% /2019. La baisse s’est accélérée au 2nd semestre (-1,6% /2020). Les naissances de veaux laitiers purs et croisés lait-lait ont reculé de -3% /2020 avec 2 572 000 naissances, tandis que les naissances de veaux croisés lait-viande ont de nouveau fortement progressé (+4,5% à 767 000 têtes) pour atteindre 23% des naissances laitières (contre 14% en 2015).

Nouveau record pour les exportations 2021

Selon SPIE-BDNI, 35 000 veaux laitiers de moins de deux mois ont été exportés sur les semaines 48 à 52, en recul de -16% /2020 mais en nette hausse de +15% /2019.

Au total 349 000 veaux ont été exportés en 2021 (+7% /2020 et +18% /2019), essentiellement vers l’Espagne. Face à un marché européen en manque de viande, la demande des engraisseurs espagnols est restée soutenue en 2021 malgré la hausse des coûts d’alimentation.

La progression des exportations de veaux français de mère laitière est essentiellement due aux envois de croisés lait-viande, qui ont augmenté de +10% en 2021 pour atteindre 43% des effectifs exportés (145 000 têtes). Les veaux laitiers purs ne représentaient que 50% des exportations (169 000 têtes) contre 60% en 2017.

La cotation espagnole du veau frison s’est érodée en début d’année

La cotation espagnole du veau frison de moins d’un mois s’est établie à 97 €/tête en semaine 5, un niveau largement supérieur aux cours de 2021 (+27%) et de 2020 (+26%). Elle n’a pas connu de baisse saisonnière et s’est maintenue à des niveaux élevés au second semestre 2021, témoignant de l’intérêt des engraisseurs espagnols pour les jeunes veaux. La baisse observée en ce début d’année 2022 est peut-être liée à la forte pression exercée par les prix élevés des matières premières, qui contraint les engraisseurs à baisser les prix d’achat des veaux pour diminuer leurs charges.