Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 342 Septembre 2022

Durant l’été, la production laitière est demeurée ralentie en France, comme dans presque tous les bassins laitiers. Dans le même temps, le prix du lait a poursuivi son ascension, avec un écart croissant entre la France et l’Allemagne, pour atteindre des niveaux historiquement élevés.

Les éleveurs subissent une flambée encore plus prononcée des charges, mais aussi des incidents climatiques majeurs (canicule et sécheresse en Europe mais également en Amérique du Nord ; inondation en Océanie) très défavorables à la production fourragère.

Malgré des disponibilités laitières limitées, les cours de la poudre maigre ont décroché cet été contre toute attente. D’un côté, la demande internationale, en premier lieu chinoise, semble moins active, alors que les fabrications ont été relancées dans quelques pays européens aux dépens des fromages. Comment expliquer ce paradoxe ?