Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 346 Janvier 2023 Mise en ligne le 19/01/2023

En octobre, la consommation de produits laitiers bio poursuit son recul, ce qui devient une préoccupation très forte pour la filière. Avec les bonnes conditions fourragères de l’automne, la collecte se redresse nettement en octobre. Et les fabrications sont toujours en nette baisse.

La consommation de produits laitiers bio continue à décrocher

Les achats des ménages de produits laitiers biologiques dans les circuits de distribution poursuivent un fort recul. Selon Iri, en octobre 2022, les ventes en volume se sont repliées de -10% /2021 pour le lait liquide et les ultra-frais quand la baisse est plus sévère pour la crème (-16%) ou les fromages en libre-service (-18%). Les ventes de beurre bio ont moins reculé sur les deux dernières périodes (-2%). En cumul sur les 11 périodes 2022, le décrochage des ventes est conséquent : -9% pour le lait liquide, -11% pour le beurre et l’ultra frais, -16% pour les fromages et -17% pour les crèmes.
Ces baisses s’inscrivent dans un recul généralisé des ventes de l’ensemble des produits laitiers, toutefois le recul est plus marqué pour les produits bio. En effet, les ventes ont reflué de -2 à -8% pour les produits laitiers non bio. Le lait liquide est le produit laitier bio qui connaît le retrait le moins fort. C’est le produit laitier le moins cher et pour lequel les habitudes de consommation en bio sont bien ancrées, avec une part de marché de 12%. A noter que la part de marché en bio se contracte pour l’ensemble des produits laitiers.

La forte inflation alimentaire impacte les achats des consommateurs qui adoptent deux stratégies selon une étude Kantar : acheter moins cher et acheter moins. Les achats alimentaires des ménages ont reculé de -3,3% au cours des 9 premiers mois de 2022 comparé à la même période de 2021. Les prix des produits laitiers subissent une forte inflation qui semble cependant relativement moins forte en bio : sur un an les prix ont augmenté de +2 à +5% quand ils ont progressé du double (+5 à +9%) pour les produits non bio. Par contre, les évolutions de prix en valeur absolue amènent à une conclusion inverse. Pour tous les produits laitiers bio, excepté le beurre, la hausse en euros des prix bio au détail est finalement plus importante qu’en non bio. Ces hausses de prix deviennent rédhibitoires pour certains consommateurs. Le prix a toujours été le principal frein à l’achat des produits bio et particulièrement en période de forte inflation.

Les ventes de produits bio ont reculé de -4,5% dans toutes les surfaces alimentaires, mais évoluent diversement selon les circuits : elles progressent dans les enseignes SDMP (ex hard discount) de +5,7% sur les produits bio selon Nielsen en cumul jusqu’à mi-octobre. A contrario, elles s’effondrent (-16%) dans les magasins spécialisés bio, avec pour conséquence des fermetures de magasins. Ce recul important de marché dans les enseignes spécialisés interpelle quand on sait que les clients de ces magasins sont des convaincus de l’AB. En GMS, la moindre rotation des produits bio en magasin les incite à réduire leurs références et leurs linéaires bio et a favorisé d’autres produits plus sollicités. C’est la loi du commerce, mais c’est un cercle non vertueux pour les produits bio : moins d’offre proposée réduit la consommation.

En Allemagne, la consommation de produits laitiers bio décroche aussi depuis. Les ménages réorientent leurs achats de produits laitiers bio vers les produits à base de lait de pâturage.

Rebond de la collecte en octobre

La collecte française de lait bio s’est nettement redressée en octobre 2022, +6% /2021, favorisée par une situation fourragère correcte. Après des mois d’août et septembre en repli, la collecte devrait se maintenir fin 2022. Sur l’année entière, la collecte se situera légèrement au-dessus de l’année dernière (+2 à +3%).

En octobre 2022, 4 200 éleveurs ont livré du lait bio soit 9,4% des livreurs français. Avec le très faible nombre de conversions, le nombre de livreurs de lait bio stagne ces derniers mois.
Le prix du lait de base du lait biologique s’est établi à 496 €/1 000 l en octobre, en progression de 2,7% /2021. Le prix du lait s’est redressé depuis juillet après avoir été inférieur au 1er semestre à son niveau de 2021. Sur les 10 mois 2022, le prix du lait bio est stable par rapport à l’an passé alors que celui du lait conventionnel s’est apprécié de plus de +70 €/1 000 l.

Des fabrications de produits bio toujours en recul

Les fabrications ont continué de baisser au mois d’octobre de façon plus ou moins importante selon les produits. Sur un an, le recul des fabrications est très prononcé en crème (-25% /2021), en beurre (-19%), en poudres conditionnées (-18%).

Face à une reprise de la collecte, le taux de transformation du lait bio en produits finis bio recule. Les utilisations pour les autres fabrications (notamment ingrédients secs, poudre vrac) et le lait biologique déclassé ont progressé. Ces autres utilisations représentent 46% de la MSU (Matière sèche utile) sur les 10 premiers mois 2022, contre 37% en 2021. Ces autres utilisations avaient particulièrement augmenté d’avril à juillet puis avaient baissé en août et septembre avec le recul de la collecte. Elles ont réaugmenté de nouveau en octobre 2022. Le lait bio déclassé a pu être valorisé sur un marché conventionnel rémunérateur.