Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 357 Janvier 2024

Le prix moyen du lait de chèvre a connu une nouvelle progression au 3ème  trimestre, sous l’effet de la hausse du prix de base. La composition du lait se stabilise.

Bond du prix de base du lait de chèvre

Le prix de base du lait de chèvre (à la composition standard 35MG / 30MP en vigueur au 1er janvier 2015) s’est établi à 705 €/1 000 litres au 3ème trimestre 2020 en moyenne nationale, en progression de près de 33 € d’une année sur l’autre, soit +3,7% /2019.

D’ailleurs, et dans ce même cadre légal, les négociations commerciales entre transformateurs et distributeurs sont actuellement en cours. Dans le contexte actuel de demande de fromages de chèvre dynamique, les accords conclus au sein de l’aval détermineront les évolutions de prix du lait payé aux producteurs en 2021.

Au 3ème trimestre, le taux de progression du prix du lait de chèvre est le plus élevé dans le Sud-Est, de +8% /2019, à 666 €/1 000 l. Les bassins du Centre-Ouest et du Sud-Ouest arrivent ensuite, avec des taux de progression de +3,8% et +3,4% respectivement, à 708 € et 706 €/1 000 litres. En revanche le bassin Centre enregistre la progression la plus faible de +1,5% /2019, à 706 €/1 000 litres.

Moindre progression des prix payés aux livreurs

Au 3ème trimestre, le prix moyen à la production du lait de chèvre a évolué moins rapidement que le prix de base : de +23 € d’une année sur l’autre, soit +2,7% /2019, à 717 € /1 000 litres selon l’enquête prix du lait menée chaque trimestre par l’Institut de l’Élevage. Entre l’été 2018 et 2020, la hausse s’élève à +41 €/1 000 l.

Au 3ème trimestre, le prix moyen plus élevé se trouve dans la région Centre (758 €/1 000 litres, soit +1,6% /2019), où la proportion de fromages sous AOP est la plus importante. Arrivent ensuite les régions Sud-Ouest (721 €/1 000 litres, soit +3,9% /2019), Centre-Ouest (711 €/1 000 litres, soit +2,6% /2019) et Sud-Est (678 €/1 000 litres, soit +3,1% /2019).

… alors que la composition se stabilise

Après un 1er semestre marqué par une légère dégradation des taux, la composition du lait s’est stabilisée au 3ème trimestre. La moyenne trimestrielle du taux butyreux s’établit à 37,2 g/litre à l’échelle nationale. Cette stabilité a été observée dans tous les bassins laitiers, à l’exception du Sud-Est, où le taux butyreux a reculé de -0,3 g/litre (à 34 g/litre) suite aux forts épisodes caniculaires qui ont touché la région pendant l’été. Le taux protéique a pour sa part évolué favorablement en un an: à 32,9 g/litre en moyenne nationale sur le 3ème trimestre (soit 0,2 g/litre), il a progressé dans tous les bassins.

Le prix des charges stable aux 2ème et 3ème trimestres

La hausse des charges en élevage caprin, amorcée fin 2018, a finalement été stoppée au 2ème trimestre 2020. L’IPAMPA, qui mesure l’évolution du prix des moyens de production agricole, a même connu une détente, en lien avec la baisse du prix de l’énergie ainsi que des aliments achetés. A près de 103,7 en moyenne sur le 3ème trimestre, il se trouve 0,3% sous son niveau 2019 à pareille époque.