Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 360 Avril 2024

Face à des achats des ménages moroses, le cours de l’agneau français reste sous ses niveaux des années précédentes.

Nouvelle progression des abattages d’agneaux en novembre

Après un essor de 3% en octobre, les abattages français d’agneaux ont augmenté de 2% en novembre, à 228 000 têtes. Leurs carcasses étaient en outre plus lourdes qu’en 2017 (+1% à 18,2 kg en moyenne). Les abattages d’ovins adultes étaient à l’inverse en recul (-6% à 41 000 têtes), de même que leur poids moyen de carcasse (-5% à 25,9 kg). Au total, la production française de viande ovine s’est ainsi stabilisée par rapport à l’année précédente, à 5 200 téc en novembre.

En cumul de janvier à novembre 2018, la production française de viande ovine reste stable par rapport à la même période de 2017.

Bond des importations de viande ovine

Dopées par la forte progression des arrivées en provenance du Royaume-Uni (+9% à 3 800 téc), probablement due à l’anticipation par les opérateurs d’un éventuel « Brexit » sans accord, les importations françaises de viande ovine ont grimpé de 7% en novembre, à 7 800 téc. Les achats étaient également en hausse depuis l’Espagne (+20% à 600 téc), mais étaient en revanche en régression depuis l’Irlande (-16% à 1 400 téc) et la Nouvelle-Zélande (-5% à 900 téc).

En recul depuis le mois de mai, les prix des carcasses réfrigérées d’agneaux importées depuis l’Irlande et le Royaume-Uni sont en outre repartis à la hausse, à respectivement 5,0 €/kg équivalent carcasse (+7% /2017) et 4,65 €/kg éc (stable /2017) en moyenne.

En cumul sur les 11 premiers mois de 2018, les importations françaises de viande ovine affichent toujours un recul de 1% par rapport à la même période de 2017.

Les achats des ménages ont été particulièrement moroses en 2018

D’après les données relevées par le panel Kantar, les achats de viande ovine par les ménages français (hors restauration hors domicile) ont fortement reculé en 2018 : sur la période allant du 25 décembre 2017 au 2 décembre 2018, ils ont chuté de 6% par rapport à l’année précédente, avec notamment un repli de 14% en novembre. En cause notamment, les campagnes anti-viande et le manque d’attrait de la viande d’agneau chez les jeunes consommateurs.

Le cours de l’agneau français a débuté 2019, sous ses niveaux des années précédentes

Pénalisé par le manque de consommation et les volumes croissants à l’import, le cours de l’agneau français a amorcé l’année 2019 à 6,30 €/kg de carcasse, soit 25 centimes sous sa valeur de 2018 (-4%) et 8 centimes sous celle de 2017 (-1%).