Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 361 Mai 2024

L’allongement des lactations se répercute sur les effectifs de chevreaux engraissés et par voie de conséquence sur les abattages. Dans le même temps, les cotations de chevreaux entrée abattoir, stables depuis Pâques, n’ont pas encore amorcé leur hausse saisonnière. Les expéditions françaises de viande caprine sont faibles en volume, mais mieux valorisées grâce à une nette hausse des prix à l’export.

La hausse saisonnière des cotations se fait attendre

Après avoir cédé 42 centimes aussitôt après la fête de Pâques 2023, la cotation du chevreau engraissé s’est maintenue à 3,48 €/kg vif pendant l’intersaison, soit +5% au-dessus de son niveau de 2022. La hausse saisonnière attendue début septembre se faisait toujours attendre début novembre, si bien que la cotation est passée à la même période sous son niveau de 2022. Ainsi, la cotation moyenne de la semaine 39 à 44 s’établit à 3,50 €/kg, contre 3,64 €/kg vif un an auparavant à pareille époque (soit -4% /2022).

Des abattages en repli

Avec 385 000 têtes sur 9 mois, les abattages de chevreaux ont reculé de -3% /2022. Cette baisse est principalement imputable au décalage du cycle des mises bas pour coller davantage à la demande du lait, et secondairement aux moindres mises bas liées au développement des lactations longues et à la contraction du cheptel.

Le poids moyen pondéré des carcasses s’est érodé de -2% /2022, à 5,64 kgéc, impliquant finalement un recul de la production de viande de chevreaux de -5% /2022, à 2 166 téc sur 9 mois.

La hausse des prix compense la baisse des volumes exportés

Depuis les fêtes de pâques, les exportations françaises de viande caprine sont fortement réduites conformément à la tendance saisonnière, avec probablement une reprise progressive depuis le mois d’octobre (saisonnalité).

A près de 1 416 téc de janvier à août, les exportations cumulées de viande caprine se sont contractées de -8% d’une année sur l’autre (-125 téc). Les expéditions françaises cumulées en août sont les plus faibles depuis une dizaine d’années. Cependant, la hausse des prix à l’export a plus que compensé la baisse des volumes, permettant aux opérateurs d’augmenter leurs chiffres d’affaires de +6% /2022, à 13,5 millions d’euros sur 8 mois de 2023.

Les envois de viande caprine vers le Portugal ont augmenté de +7% /2022, à 857 téc. Ils ont en revanche chuté de -24% /2022 vers l’Italie, à 347 téc.

Les prix à l’export de la viande caprine s’établissent en août à 9,21 €/kg (+5% /2022) et 10,47 €/kg (x2,1 /2022) respectivement pour le Portugal et l’Italie. La hausse conséquente des prix des exports vers l’Italie s’explique principalement par les proportions de viande de chevreaux et de caprins de réforme. Les données ne permettent malheureusement pas de distinguer les volumes de chaque type de viande. Les prix moyens des viandes exportées de janvier à août s’établissent à 9,17 €/kg (+14% /2022) vers le Portugal et 9,83 €/kg (+41% /2022) vers l’Italie.