Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 346 Janvier 2023 Mise en ligne le 19/01/2023

Soumis globalement aux mêmes enjeux climatiques – et donc de plus en plus exposés à la sécheresse et aux canicules – et disposant tous d’une filière ovin lait, les pays du pourtour méditerranéen (membres de l’UE plus la Turquie) ne sont toutefois pas égaux sur la scène internationale.

La compétitivité de ces filières à l’export varie nettement selon le pays étudié. Tandis que l’Espagne, l’Italie et la Grèce ont suffisamment développé et structuré leur filière et peuvent entrer en compétition avec la filière française, d’autres comme le Portugal ou Chypre, sont soumis à des difficultés de diverses natures qui freinent le développement des produits à base de lait de brebis sur les marchés d’export.

Des pays comme la Bulgarie, la Roumanie et la Turquie ont un bon potentiel de production mais pas ou peu exploité : un faible taux de collecte, une structuration de la filière faible ou inexistante, et des normes sanitaire qui ne répondent pas aux règles du commerce international.

Ce nouveau Dossier économie de l’Élevage reprend les résultats d’une étude commanditée par FranceAgriMer et réalisée par l’Institut de l’Élevage et Triesse Gressard sur les filières lait de brebis de huit pays du pourtour méditerranéen. Après une analyse fine via une multitude d’indicateurs, les huit filières nationales ont été comparées – entre elles et avec la filière française – en se basant sur leur degré de compétitivité à l’internationale. »