Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 342 Septembre 2022

Le recul saisonnier des naissances laitières a fait progresser les cours des veaux nourrissons. Les exportations de petits veaux laitiers vers l’Espagne restaient dynamiques ce début d’année, mais la guerre en Ukraine inquiète les engraisseurs espagnols qui craignent la forte hausse des prix de l’alimentation du bétail et surtout de possibles ruptures d’approvisionnement.

La hausse saisonnière des cours est enclenchée

Les cours de veaux nourrissons sont en forte hausse depuis janvier. La cotation du veau mâle type lait de 45-50 kg a progressé de +17 € en quatre semaines pour atteindre 82 €/tête en semaine 10 (+23 € /2021 et +20 € /2020).

Le veau mâle type viande cotait 215 €/tête en semaine 10, soit +9 € en quatre semaines.

Les naissances laitières sont toujours en recul

262 000 veaux de mère laitière sont nés en janvier 2022, en repli de -2,7% /2021 (-7 000 têtes) et de -2,5% /2020. Au 1er janvier on dénombrait 3 494 000 vaches laitières, soit -1,7% /2021 (-60 000 têtes).

La demande espagnole était forte ce début d’année

Selon SPIE-BDNI, 45 000 veaux ont été exportés sur les six premières semaines 2022, en hausse de +7% /2021 et +4% /2020.

La cotation espagnole du veau frison de moins d’un mois était de nouveau en hausse en février, elle a atteint 113 €/tête en semaine 9.

Mais la demande espagnole pourrait être plus prudente en mars, les engraisseurs étant très dépendants des importations de matières premières ukrainiennes pour l’alimentation de leurs animaux. En moyenne sur la période 2018-2020, l’Ukraine a fourni 34% des importations espagnoles de maïs…