Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 340 Juin 2022 Mise en ligne le 20/06/2022

Malgré le creux des naissances laitières, les prix des veaux nourrissons n’ont que peu progressé en mai. Dans un contexte de hausse des coûts de l’alimentation animale, les intégrateurs cherchent à limiter le prix d’achat des veaux laitiers. La demande espagnole se maintient encore pour le moment, mais la hausse des coûts de production inquiète les engraisseurs de la péninsule ibérique.

Les cours plafonnent

Malgré le regain saisonnier des achats de veaux laitiers par les intégrateurs, en prévision des sorties de novembre, et le creux saisonnier des naissances, la cotation du veau mâle type lait de 45-50 kg a peu augmenté. Elle n’a progressé que de +2 € en cinq semaines pour atteindre 92 €/tête en semaine 23, rejoignant ainsi son niveau 2021 (+1 €) alors qu’elle était bien supérieure ces dernières semaines (+30 € en semaine 19). Les mises en place de veaux laitiers sont en recul structurel et la demande est moins active qu’il y a quelques années. En outre, les intégrateurs essayent de maîtriser le prix d’achat des veaux nourrissons pour limiter leurs coûts dans un contexte de flambée des prix des matières premières.

Le cours du veau mâle de type viande (mixtes, viandes et croisés lait-viande) a également fléchi ces dernières semaines. A 235 €/tête il est repassé sous son niveau de 2019 (-3%), mais reste supérieur de +7% /2021.

Toujours plus de veaux croisés

224 000 veaux sont nés de mère laitière en avril, en recul de -3,7% par rapport aux naissances dynamiques d’avril 2021, mais en hausse de +7,5% /2020. En cumul depuis juillet, les naissances laitières ont reculé de -1,6% (-44 000 têtes), conséquence de la décapitalisation (-1,4% /2021 de vaches laitières au 1er mai).

Si les naissances des veaux mâles laitiers purs (lait et croisés lait-lait) ont reculé de -3% /2021 entre juillet et avril 2022, les naissances de veaux croisés lait-viande (mâles et femelles) ont progressé de +5%. Les éleveurs laitiers continuent de développer le croisement pour essayer de mieux valoriser leurs veaux.

Les exportations se maintenaient, malgré des incertitudes sur les mises en place en Espagne

Les exportations de veaux laitiers ont été dynamiques depuis le début de l’année : 132 000 têtes en cumul de s1 à s20, en hausse de +8% /2021 et +13% /2020.

Mais ces envois sont majoritairement orientés vers le marché espagnol (plus de 90% des effectifs), où la hausse du prix de l’alimentation du bétail, l’inflation qui pèse sur le pouvoir d’achat des ménages et la fermeture du marché algérien inquiètent les engraisseurs.

La cotation espagnole du veau frison de moins d’un mois s’est stabilisée ces deux dernières semaines à 130 €/tête (+23% /2021 et +42% /2020).