Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 361 Mai 2024

Malgré l’arrivée sur le marché des récoltes de maïs et de soja de l’hémisphère Nord, les prix des matières premières sont orientés en hausse. Les cotations françaises des céréales et des tourteaux sont significativement supérieures à celles de l’an passé à pareille époque. Le dynamisme de la demande internationale, et particulièrement chinoise, couplé à des incertitudes climatiques soutiennent les cours.

Tourteaux : la forte demande chinoise tire les prix du soja à la hausse

Entre mi-août et début octobre, le tourteau de soja (Montoir) s’est enchéri de près de 25% pour atteindre près de 400 €/t. Un tel niveau de prix n’avait pas été atteint depuis le printemps 2018. Ce mouvement semble mettre fin à deux années de prix du tourteau de soja bas et stables (à l’exception du sursaut ponctuel en début de confinement). La forte demande chinoise tend le marché et tire les cours internationaux à la hausse. En cumul sur les 9 premiers mois de l’année, les importations chinoises de soja atteignent 74,5 Mt (un record), en hausse de 15% /2019. Après s’être massivement fournie auprès du Brésil ces derniers mois, la Chine se tourne désormais vers les États-Unis. Alors que la récolte américaine n’est pas encore achevée, la Chine a déjà passé commande pour un total de 22 Mt de soja états-unien (soit 19% de la récolte prévisionnelle nationale) pour des livraisons durant la campagne de commercialisation 2020/21 (septembre à août), contre moins de 5 Mt à la même période l’an dernier. En parallèle, le climat sec au Brésil retarde actuellement les semis de soja, ce qui pourrait retarder la future récolte de plusieurs semaines.

Dans le sillage du soja, le prix du tourteau de colza a évolué également en hausse. Pour la troisième année consécutive, la récolte de colza en France et dans l’Union européenne a reculé et atteint un niveau très bas : – 31% par rapport à la moyenne 2015-2019 pour la France (3,3 Mt) et – 21% pour l’UE-28 (17,6 Mt Royaume-Unis inclus). La récolte en Ukraine, premier fournisseur de l’UE en graine de colza, a également chuté (-28% /2019). La disponibilité européenne de tourteau de colza est ainsi attendue en baisse de 10% par rapport à 2019/20, entrainant possiblement une tension sur l’offre en tourteau de colza non-OGM. Face au déficit hydrique durant la période de semis (août), une nouvelle diminution des surfaces de colza est attendue en France pour la récolte 2021.

Céréales : marché tendu en mer Noire

En France, les prix des céréales connaissent également un mouvement de hausse depuis la fin de l’été. Le prix du blé a récemment dépassé le seuil des 200 €/t sur le marché à terme d’Euronext, soit le plus haut niveau depuis plus d’un an et demi. Si la production mondiale de blé est estimée à un niveau record pour la campagne agricole 2020/21 (juillet à juin), la production française est en fort repli à seulement 29,2 Mt (-25% /2019). La récolte de l’UE-28 (129,3 Mt) est aussi inférieure à 2019 (-12%). Mais c’est avant tout la situation en mer Noire qui est à l’origine de la récente hausse des prix du blé.

Bien que la Russie ait enregistré la seconde meilleure récolte de blé de son histoire (83 Mt ; +13% /2019), la très forte demande sur cette origine soutient les prix. En septembre, le pays a enregistré des exportations mensuelles record (plus de 5 Mt). La dévaluation du rouble accentue la hausse des prix intérieurs. En monnaie locale, le blé n’a jamais été aussi cher. Face à cette inflation alimentaire, le gouvernement a évoqué l’instauration de restrictions à l’export en seconde partie de campagne. Parallèlement, les conditions climatiques dans certaines régions du monde soulèvent des inquiétudes : le climat sec en Argentine a déjà entamé le potentiel de rendement des blés qui seront récoltés cet hiver et le déficit hydrique conséquent qui se développe en Russie pourrait pénaliser la récolte 2021 (mauvaise levée des semences, moindre résistance hivernale).

Dans ce contexte, début octobre, la cotation du blé sur le marché physique (départ Eure-et-Loir) a dépassé de 17% (+28 €/t à 191 €/t hors majorations) celle d’octobre 2019. L’arrivée des récoltes de maïs de l’hémisphère Nord amoindrit un peu la hausse des prix du maïs, même ceux (départ Eure-et-Loir) sont supérieurs de 10% / 2019 (+15 €/t). La récolte mondiale de maïs de la nouvelle campagne (2020/21) est toujours estimée par l’USDA sur un niveau record (1,16 milliard de tonnes), même si les productions états-unienne, européenne et ukrainienne sont finalement moins bonnes qu’attendues, du fait entre autres de la sécheresse estivale. Parallèlement, l’augmentation des prix du maïs en Chine stimule la demande à l’importation de la part de l’Empire du milieu, ce qui contribue à la fermeté des prix internationaux.