Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 361 Mai 2024

Les abattages de gros bovins sont en nette baisse sur les 6 premières semaines de l’année (-4%), conséquence de la décapitalisation. Les cours sont orientés à la hausse. Les charges restent élevées.

Cheptels en baisse au 1er janvier

L’année 2024 démarre avec des cheptels de vaches en baisse. La France comptait 3,496 millions de vaches allaitantes (-1,9% /2023) au 1er janvier 2024 ainsi que 3,374 millions de vaches laitières (-1,6%). Certes, on assiste depuis plusieurs mois à un ralentissement de la décapitalisation dans les deux cheptels, mais le recul reste significatif. Depuis le 1er janvier 2018, la France a perdu 476 000 vaches allaitantes et 367 000 vaches laitières.

Recul du nombre de bovins à abattre

Sur les 6 premières semaines de l’année, le nombre de gros bovins abattus a baissé de -4% par rapport à 2023 d’après l’indicateur hebdomadaire de Normabev. Comme depuis plusieurs mois, le recul est très fort pour vaches de races à viande (-7% /2023) ainsi que pour les vaches laitières (-6%). La baisse est moins forte pour les jeunes bovins laitiers (-2%) ainsi que pour les bœufs (-2%). Les abattages de jeunes bovins de type viande enregistrent une stabilité, grâce à la redynamisation de l’engraissement en France et les abattages de génisses une légère hausse (+2%).

Hausse des cours des jeunes bovins

Les jeunes bovins voient leurs cours progresser dans le sillage d’un marché européen qui s’est quelque peu allégé avec le redémarrage des ventes en carcasse vers la Turquie. La France elle-même a exporté 6 600 téc en 2023 vers la Turquie et il semblerait que les flux se maintiennent début 2024.

La cotation du JB U, à 5,54 €/kg de carcasse en semaine 7, a gagné 14 centimes depuis le début de l’année et a redépassé son niveau de 2023 (+1% /2023 et +14% /2022). Celle du JB R est remontée à 5,39 €/kg (= /2023 mais toujours +15% /2022). Dans le sillage des vaches laitières et dopée par une offre toujours réduite en JB de type lait, la cotation du JB O a regagné 18 centimes depuis le début de l’année pour remonter à 4,91 €/kg (-2% /2023 mais toujours +21% /2022).

Les cotations des vaches soutenues par le manque d’offre

La forte baisse de l’offre à abattre permet de soutenir les cours des vaches. La vache R a gagné 3 centimes en un mois pour atteindre 5,44 €/kg en semaine 7 (+1% /2023 et +17% /2022). La vache O a gagné 12 centimes à 4,49 €/kg (-7% /2023 et +10% /2022) et la vache P 14 centimes à 4,17 €/kg (-10% /2023 et +5% /2024).

Les charges restaient élevées en décembre

En décembre 2023, l’IPAMPA viande bovine (indice des prix d’achat des moyens de production agricoles, base 100 en 2015) a poursuivi sa décrue mais s’établissait toujours à 131,7 points (-5% /décembre 2022, mais toujours +9% /2021). L’indice des prix des aliments achetés était à -10% /2022 et +13% /2021 et celui des énergies et lubrifiants s’était replié après le pic de septembre à 162,9 (-3% /2022 et +21% /2021).