Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 361 Mai 2024

L’effondrement de la consommation en RHD et le report vers la vente au détail a profité à la consommation de viande bovine française.

Effondrement de la restauration, progression des ventes au détail

Les restrictions appliquées à travers l’UE au secteur de la restauration dès la fin octobre a provoqué à nouveau une chute du chiffre d’affaires du secteur : -49% /2019 pour le mois de novembre dans l’UE à 27. Le constat pour la France est encore plus marqué (-59%).

La restauration traditionnelle a en particulier été quasi à l’arrêt en France en novembre (-84% /2019), après la fermeture des restaurants depuis le 30 octobre 2020 minuit. La restauration rapide, grâce notamment à la vente à emporter et la livraison, a limité les pertes (-33%). La restauration collective, avec les cantines scolaires restées ouvertes, a le mieux résisté (-26%).

Sur l’année, d’après IRi, les dépenses alimentaires dans le secteur de la restauration français ont diminué de 14 milliards d’euros en 2020. 45% de ces pertes ont été enregistrées pendant le 1er confinement (du 9 mars au 10 mai 2020).

Aujourd’hui, les restaurants restent fermés et les ventes à emporter sont affectées par le couvre-feu dès 18h. Les ventes en GMS ont été supérieures en janvier à celles observées en novembre-décembre, malgré les fêtes. Il semble notamment que, craignant un nouveau confinement, les ménages aient voulu anticiper quelques achats jusqu’à la prise de parole du premier ministre le 29 janvier, renonçant finalement au 3ème confinement.

D’après Nielsen, en moyenne depuis le début de l’année (semaines 1 à 4), les ventes de produits de grande consommation et de produits frais en libre-service (PGC-FLS) ont connu une hausse plus marquée  qu’en fin d’année 2020 (+9% /2020). Les ventes de produits frais non laitiers (dont les viandes réfrigérées) ont progressé de façon similaire (+9%). Les ventes de surgelé salé (dont les viandes congelées) ont augmenté plus fortement (+15%).

Les achats de viandes hachées par les ménages restent sur une progression à 2 chiffres depuis le début 2021 : +19% /2020 sur les semaines 1 à 4 pour le haché frais et +25% pour le haché surgelé.

Recul de la consommation globale en décembre, bonne performance de la VBF

Avec les évolutions du commerce extérieur de décembre, la consommation calculée par bilan aurait reculé de -3% /2019. En cumul sur l’ensemble de l’année 2020, elle atteindrait 1 495 000 téc (-44 500 téc ou -3% /2019).

La part des imports dans les disponibilités totales atteignait 19% en décembre 2020, niveau intermédiaire entre les périodes confinées et déconfinées. Sur l’ensemble de l’année, la consommation de viande bovine française (veau inclus) est estimée en hausse (+1% /2019 à 1 215 000 téc).

Attention toutefois, les effets des éventuelles variations de stocks, importantes à certaines périodes, ne sont pas intégrés dans cette estimation et la lecture mensuelle ne doit pas être sur-interprétée !