Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 338 Avril 2022 Mis en ligne le 20/04/2022

En Europe, les anticipations d’abattage de jeunes bovins au second semestre 2021 ont entamé les disponibilités de 2022. L’année commence avec un manque d’offre et les prix s’en ressentent.

Allemagne : -3% de mâles de 1 à 2 ans dans l’enquête cheptel de novembre

En Allemagne, le déclin de l’engraissement se poursuit. L’enquête cheptel de novembre parue fin décembre enregistre une baisse de -2,7% du nombre de bovins mâles de 1 à 2 ans par rapport à fin 2020, soit -22 000 têtes. La petite hausse des effectifs de 8-12 mois (+5 000 têtes ou +1,3%), sans doute liée à la hausse des prix des JB finis à partir du printemps, ne compensera pas la baisse des plus âgés.

La faiblesse de l’offre continue de faire grimper les prix. La cotation du JB U a démarré l’année 2022 au record absolu de 4,82 €/kg de carcasse (+25% /2021 et +28% /2020), celle du JB R à 4,76 €/kg (+23% /2021 et +26% /2021) et celle du JB O à 4,47 €/kg (+29% /2020 et +32% /2021).

Italie : manque d’offre

En Italie, les cours des jeunes bovins démarrent l’année à un niveau très élevé. Si la bourse de Modène n’a pas publié de cotation depuis la mi-décembre, celle de Padoue indique pour la première semaine de l’année 2022 une stabilité pour les Charolais au très haut niveau de 2,92 €/kg vif (+21% /2021 et +10% /2020) et une hausse de 1 centime pour les Limousins à 3,07 €/kg vif (+11% /2021 et +10% 20120).

Alors que les abattages de jeunes bovins mâles avaient été très dynamiques en Italie jusqu’en août (+6% /2020 en cumul sur les 8 premiers mois), reflétant la hausse des mises en place de broutards à l’automne 2020, la tendance s’est inversée dès septembre (+3%) avant que les abattages diminuent en octobre (-3% /2020).

A l’inverse, les abattages de jeunes bovins femelles ont été un peu plus nombreux en début d’automne alors que le cumul sur les 8 premiers mois était plutôt en retrait (-1% /2020). Ceci n’a toutefois pas compensé le manque d’offre de mâles, le total mâles et femelles étant moindre en octobre, de -1% /2020. Avec retard, l’Italie a donc emboité le pas aux autres pays européens : les opérateurs ont anticipé les abattages et le manque d’offre s’est progressivement amplifié jusqu’à la fin de l’année.

Pologne : le JB O à 4,23 €/kg en fin d’année !

En Pologne, le JB O a atteint 4,23 €/kg de carcasse en semaine 52 (+40% /2020 et 2019 ; +30% /2018) et le JB R 4,32 €/kg (+41% /2020 ; +52% /2019 et +32% /2018). Rappelons que le R est très minoritaire en Pologne, ce qui explique sans doute le très faible écart de prix avec le JB O.

La baisse de l’offre dans le pays, qui s’est amplifiée comme partout en Europe au dernier trimestre en raison des anticipations d’abattages les mois précédents, a contraint les abatteurs à concéder ces fortes revalorisations.

Face à la demande accrue en viande bovine polonaise, la production plafonne. D’après nos estimations, la production polonaise de viande bovine aurait reculé en 2021 pour la 3ème année consécutive (-2% /2020, à 547 000 téc). Les exportations, qui écoulent 85% de la production nationale, auraient reculé dans les mêmes proportions à 466 000 téc.

Espagne : les prix profitent du contexte européen

En Espagne, la cotation du JB U a atteint 4,49 €/kg de carcasse en fin d’année (+25% /2020 et +19% /2019).

La production espagnole est à présent limitée. Les abattages de mâles non castrés de plus d’un an, en hausse de +18% /2020 sur les 9 premiers mois de l’année, n’affichaient plus qu’un +1% en octobre, à 66 000 têtes. Par ailleurs, leur poids moyen était en retrait (-0,4% /2020), conséquence de probables anticipations d’abattage avec la hausse des coûts d’alimentation. Les abattages de bovins de 8-12 mois restaient en hausse en octobre à 74 000 têtes (+6% /2020), mais avec un poids moyen en retrait de -2,1%.