Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 360 Avril 2024

Si la météo estivale du mois de septembre a limité la consommation de viande de veau, les premières données semblent indiquer une fluidification du marché en octobre. La baisse des températures et les actions de mises en avant ont permis une reprise de la consommation alors même que la baisse des mises en place au printemps dernier limitait l’offre. Ce bon équilibre entre l’offre et la demande devrait permettre de limiter les effets du reconfinement.

La hausse saisonnière des cours s’est ralentie

Après une hausse saisonnière très marquée, la cotation du veau rosé clair O progresse de façon plus modérée depuis la semaine 44. Alors qu’elle avait gagné 49 centimes entre la semaine 37 et la semaine 41, elle n’a augmenté que de 30 centimes au cours des quatre semaines suivantes pour s’établir à 5,75 €/kg de carcasse en semaine 45 (+1,2% ou +7 cts /2019 et +2,9% ou +16 cts /2018). Cet affaiblissement de la cotation correspond à un ralentissement saisonnier un peu précoce, peut-être en lien avec la fermeture des restaurants en fin de semaine 44.

La cotation du veau rosé clair R poursuit sa hausse saisonnière, avec un ralentissement récent. Elle atteint 6,33 €/kg de carcasse en semaine 45, dépassant de 22 centimes la cotation 2019 (+3,6%) et de 11 centimes la cotation 2018 (+1,8%).

Les abattages ont reculé en septembre

Avec 96 000 veaux gras, les abattages de septembre ont été en net retrait par rapport aux années précédentes : -5,7% / 2019 et -5,2% /2018. Les actions de promotion interprofessionnelles ont été confrontées à une météo estivale peu propice à la consommation de veau. L’offre a été également plus limitée : la situation de crise dans laquelle se trouvait la filière au printemps dernier avait conduit les intégrateurs à réduire fortement les mises en place.

Sur les 9 derniers mois, les abattages de veaux de boucherie ont reculé de -4,0% /2019 et -3,7% /2018, à 891 000 têtes.

Les volumes produits en septembre ont été en baisse de -4,4% par rapport à 2019 et de -2,5% par rapport à 2018 avec 14 000 téc produits, totalisant 132 000 téc depuis janvier soit -3,1%/2019 et -0,7%/2018.

Vers un retour à la normale des poids carcasse en octobre

Le poids et l’âge moyens des veaux abattus ont reflué de manière significative en octobre d’après Normabev, traduisant un retour à un équilibre offre/demande sur le marché du veau de boucherie. Le poids moyen est passé de 149,1 kgéc en septembre à 147,0 kgéc en octobre (+1,2 kgéc /2019 et +2,0 kgéc /2018). L’âge moyen à l’abattage est passé de 192 jours en septembre à 188 jours en octobre, mais reste relativement élevé (+1,4 j /2019 et +4,1 j /2018).

Le poids et l’âge restent néanmoins supérieurs aux années précédentes car le vieillissement et l’alourdissement s’inscrivent dans une tendance de long terme de la filière, au-delà de la crise du printemps dernier.

Les effectifs en ferme se résorbent

En fin de semaine 43, les effectifs de mâles âgés de 6 mois à 7 mois et de mère de type laitier présents en élevage représentaient 40 000 têtes, soit +4 000 têtes ou +10%  par rapport à 2019, et +13% par rapport 2018. Le supplément d’effectifs par rapport aux années précédentes se réduit, confirmant une fluidification du marché en octobre.

Le marché européen reste morose

Aux Pays-Bas, le cours du veau de boucherie pie-noir continue à se rétablir, mais peine à retrouver les cotations des années précédentes. Il atteint 4,10 €/kg de carcasse en semaine 43, soit -13% /2019 et -10% /2018. La baisse de la demande des abattoirs du fait de la fermeture des restaurants dans la majorité des pays européens n’offre guère de perspectives de rétablissement à court terme.

En Italie, la cotation du veau de boucherie stagne à 4,85 €/kg depuis la semaine 41, bien en deçà des années précédentes (-20% /2019 et -5% /2018).