Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 360 Avril 2024

Les cours du veau gras élevé en atelier ont terminé 2020 en deçà de 2019. En novembre, l’ouverture d’une partie des établissements de restauration collective a permis d’écouler la production. Mais en cumul sur les 11 premiers mois de l’année 2020, la production française est en net repli. En fin d’année, les veaux abattus ont retrouvé leur poids et âge moyens de décembre 2019, les volumes produits correspondaient à la consommation.

La cotation annuelle est en recul par rapport aux années précédentes

La cotation du veau O a plafonné depuis la semaine 44 pour s’établir à 5,76 €/kg de carcasse en semaine 52, niveau supérieur à 2018 (+4 centimes), mais inférieur à 2019 (-13 centimes). A 5,27 €/kg de carcasse, la cotation annuelle moyenne du veau rosé clair O élevé en atelier est en léger repli par rapport à la difficile année 2019 (-1,7%) et en net recul par rapport à l’année 2018 (-7,5%).

La cotation du veau rosé clair R élevé en atelier a également plafonné depuis novembre : à 6,38 €/kg de carcasse, elle s’est établie à un niveau similaire aux années précédentes (+1 ct /2019 et +5 cts /2018). La hausse des achats en boucherie artisanale (+14% /2019 en valeur de janvier à novembre d’après Kantar) a permis de maintenir les cours en 2020. A 5,91 €/kg, la cotation annuelle du veau rosé clair R est similaire à celle de 2019.

Les coûts alimentaires sont en hausse en cette fin d’année

Les coûts alimentaires ont progressé en cette fin d’année 2020 et les opérateurs craignent que cette hausse se poursuive en 2021.

L’IPAMPA  « aliments d’allaitement pour veau » s’est établi à 111,8 points en novembre, soit 3,4 points au-dessus de son niveau de 2019. Le cours de la poudre de lactosérum doux a fortement progressé ces dernières semaines pour atteindre 790 €/t en semaine 52, soit +8% /2019. Le cours de la poudre maigre, qui s’est apprécié modestement au 2nd semestre, se situe nettement sous son niveau de l’an dernier. Voir article Marchés des produits laitiers.

Après quelques mois de stabilité, l’IPAMPA « autres aliments pour veau » a pris 3 points depuis août pour s’établir à 103,8 points en novembre. Il devrait poursuivre sa hausse en lien avec l’augmentation généralisée des prix des matières premières. Voir zoom Marchés des grains.

Les établissements de restauration collective restés ouverts permettent d’écouler une partie de la production

Les effectifs bruts de veaux gras abattus en France en novembre 2020 sont similaires aux abattages de l’année précédente (+0,7% /2019). Mais en tenant compte des variations du nombre de jours ouvrés (un jour en plus en novembre 2020), la production abattue accuse une baisse de -4,2%  /2019. Cette baisse de la production s’explique principalement par la diminution des mises en place au printemps 2020.

La production de novembre a tout de même moins diminué en poids (-3,3% /2019) qu’en effectifs, sous l’effet de veaux encore lourds par rapport à l’an passé.

Sur 11 mois, la baisse des abattages est également moins prononcée en téc qu’en têtes du fait de la hausse du poids moyens des veaux sur l’année 2020. La production abattue s’établit à 160 000 téc, soit une baisse de -4,6% /2019 et de -3,7% / 2018. Sur 11 mois, le nombre de têtes abattues était en lui retrait de -5,5% /2019 et de -6,2% /2018.

Les volumes produits correspondent à la consommation

Malgré le confinement décrété fin octobre, la résorption du poids et de l’âge moyens à l’abattage est un signe que les volumes produits correspondent à la demande. A 143 kg/tête en décembre et avec un âge moyen à l’abattage de 183 jours, les veaux ont retrouvé les niveaux de 2019.

Petite embellie aux Pays-Bas grâce aux fêtes de fin d’année

Aux Pays-Bas, les bonnes ventes ces dernières semaines ont permis de réduire les stocks. Après avoir stagné à 4,15 €/kg pendant 6 semaine, la cotation est remontée de 5 centimes en semaine 50, se stabilisant à 4,20 €/kg (-17% /2019 et -13% /2018 en semaine 51). Avec plus de 90% d’export, le marché du veau aux Pays-Bas, très dépendant de l’ouverture de la RHD des pays européens, a subi de plein fouet la crise de la Covid-19. En cumul sur 10 mois, la production nationale a baissé de -3,7% /2019, à 185 000 téc.

En Italie, la cotation est aussi remontée à 4,95 €/kg de carcasse en semaine 52, mais elle reste largement inférieure à son niveau de 2019 (-20%).

De nombreuses incertitudes pour 2021

Malgré le début de la campagne de vaccination contre la Covid-19, il reste beaucoup d’incertitudes pour les semaines à venir à l’heure où les pays européens renforcent les restrictions sanitaires (confinement, couvre-feu, fermeture des restaurants…). Les outils de communication proposés par Interbev aux enseignes de la grande distribution au 1er trimestre 2021 visent à stimuler la demande et ainsi soutenir le marché du veau gras. Cependant la consommation des ménages dépendra de l’évolution de la situation sanitaire.