Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 357 Janvier 2024

En janvier, les cours français des veaux gras étaient en légère en hausse par rapport à fin 2020 : ils ont bénéficié du recul de la production du fait de la baisse des mises en place au printemps-été 2020. En outre, le début du « Festival de Veau » organisé au 1er trimestre 2021 par l’Interprofession, a contribué au dynamisme des ventes au détail en ce début d’année. Les intégrateurs s’inquiètent toutefois de la hausse du coût des matières premières (lactosérum et aliments fibreux).

Cotation du veau rosé clair O élevé en atelier quasi stable

En semaine 5, début février, le cours du veau rosé clair O élevé en atelier s’est établi à 5,79 €/kg éc, soit -8 cts /2019 (-8 %) mais seulement -3 cts /2019 (-0,5%). Les ventes au détail ont été particulièrement dynamiques en début d’année, avec des opérations de mise en avant dès la semaine 2. Le prix du veau gras a donc augmenté en semaines 3 et 4 grâce à une bonne adéquation entre l’offre et la demande, avant de retomber en semaine 5 au niveau de la semaine 2.

En semaine 5, la cotation du veau rosé clair R élevé en atelier était de 6,41 €/kg de carcasse, soit +4 cts /2020 (+0,6%) et +2 cts /2019. Le prix de ces veaux bien conformés a connu une légère hausse de +4 cts entre les semaines 4 et 5.

Janvier 2021 : le coût alimentaire toujours en hausse

En janvier le cours du lactosérum doux s’est fortement apprécié de 140 € en deux semaines à 910 €/t en semaine 4  (+14% /2020). La demande chinoise est toujours forte pour alimenter les élevages porcins, peut-être aussi pour un stockage de précaution. En décembre 2020, l’indice IPAMPA des autres aliments pour veaux poursuivait également la hausse entamée cet automne, à +4,6 points /2020, du fait de la plus faible récolte de paille de la moisson 2020.

Des abattages en retrait de -0,5% par rapport décembre 2019

En décembre 2020, en données brutes, 109 000 veaux ont été abattus soit -0,5% /2019 et +1,3% /2018. Ce repli des abattages est en réalité plus marqué dans la mesure où décembre 2020 comptait un jour ouvré de plus qu’en 2019. La production mensuelle a totalisé 15 000 téc (-0,5% /2019).

Au total sur l’année 2020, 1 210 000 têtes ont été abattues, soit un repli de -3,8% /2019 (déjà une année de crise) et de -4,6% /2018. Le confinement du printemps a réduit la consommation de veau, la RHD ayant fait défaut et cette viande ayant été moins présente dans les rayons et à l’esprit du consommateur.

En téc, les abattages de l’année 2020 ont atteint seulement 178 000 téc, soit -3,0% /2019 et -2,3% /2018.  Le poids moyen des veaux avait augmenté de mars à août 2020, avant un mouvement de reflux lié à la reprise de la consommation en automne.

Des poids et des âges à l’abattage rétablis en décembre

Depuis décembre 2020, et malgré le confinement décrété fin octobre, les poids et âge moyens des veaux sont revenus à des niveaux similaires à fin 2019. Les volumes produits correspondaient à la demande, dynamique en GMS en janvier et avec des cantines scolaires ouvertes. A 143 kg/tête en janvier et avec un âge moyen à l’abattage de 183 jours, les veaux ont retrouvé les critères de début 2020.

Des marchés un peu moins déprimés aux Pays-Bas et en Italie

Aux Pays-Bas, la cotation du veau de boucherie est enfin remontée en décembre. En semaine 52, elle cotait à 4,25 €/kg de carcasse. Durement affecté par la fermeture de la RHD un peu partout en Europe, le prix moyen 2020 du veau gras néerlandais (exporté à 90%) a terminé l’année à -16% /2019 et -11% / 2018. Voir notre Annuel Bovin Viande pour l’analyse.

Selon Eurostat, les abattages néerlandais de veaux ne se s’étaient pas redressés en novembre. En cumul sur 11 mois, ils ont baissé de -4,2% /2019, à 202 000 téc.

En Italie, la cotation a poursuivi sa timide hausse débutée en décembre. En semaine 6, la cotation du veau de boucherie à Modène était de 5,05 €/kg éc, toujours retrait de -18% /2020, mais supérieure de +1% /2019.

Les opérateurs plus confiants pour le 1er semestre 2021

Les entreprises ont maîtrisé les mises en place en France depuis le printemps 2020 et le marché a été assaini progressivement depuis cet automne par la reprise de la consommation et l’accélération des abattages. Le « Festival du Veau » a lieu des semaines 2 à 11. L’opération du « Veau de Pentecôte », le 17 mai prochain, sera suivi par une période de promotion inédite, des semaines 20 à 27. Le but sera de soutenir les cours, suite aux mises en place plus importantes que prévues fin 2020. A ce stade, et sans autre perturbation majeure du marché, les opérateurs envisagent un 1er semestre 2021 convenable.