Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 361 Mai 2024

La croissance de la collecte de l’UE-27 a ralenti en fin d’année 2020, principalement sous l’effet des replis enregistrés en France et en Allemagne. Elle devrait cependant afficher sur l’année entière une hausse de volume deux fois supérieure à celle de 2019.

France : collecte ralentie

La collecte française a terminé l’année 2020 en retrait par rapport à 2019. Sur le 4ème trimestre, elle devrait afficher un repli d’environ -1% /2019, retrouvant son niveau de 2018, avec un rythme baissier qui s’est accéléré sur les dernières semaines, dépassant parfois les -2% /2019. Toutes les régions semblent affectées par ce recul, à l’exception de la Normandie. Sur l’ensemble de l’année 2020, la collecte française devrait être stable, effet année bissextile neutralisé.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer l’évolution de ces derniers mois. La baisse du cheptel de vaches laitières s’est poursuivie sur la fin de l’année pour afficher au 1er décembre -1,9% /2019, soit -70 500 têtes. L’ensemble des bassins laitiers subit ce repli avec des amplitudes cependant différentes. Si le Grand-Est (-1%), l’Auvergne-Limousin (-1,4%) et la Normandie (-1,4%) résistent tant bien que mal, le Grand Ouest (-2,1%) et le Sud-Est (-1,9%) enregistrent des reculs plus marqués. Il semble donc que les cessations d’activité s’accélèrent dans les zones de déprise laitière structurelle, mais prennent également de l’ampleur dans des régions à forte densité laitière, comme la Bretagne ou les Pays de la Loire. L’agrandissement des exploitations laitières restantes ne permet sans doute plus de compenser les départs.

En outre, la hausse des coûts d’alimentation animale, dans le sillage des prix des tourteaux de soja modère la complémentation et donc la productivité des vaches.

Tiré par le poste « aliments achetés » qui ne cesse de croître, l’Ipampa lait de vache (indice des prix d’achat des moyens de production agricole) a de nouveau progressé en novembre pour atteindre un nouveau record en dépassant le pic de février 2012.

Allemagne : repli des livraisons

La fin d’année a également été synonyme de baisse des livraisons outre-Rhin. Le recul entamé en août s’est poursuivi jusqu’en décembre, ou il aurait atteint près de -1% /2019. Sur l’année, les livraisons devraient afficher un niveau équivalent à celui de 2019, la hausse enregistrée au 1er semestre, compensant la baisse au 2ème semestre. Cette relative stabilité s’est effectuée avec un nombre d’exploitations et de vaches en repli marqué.

En novembre 2020, le nombre d’exploitations laitières était passé sous le seuil des 58 000 (57 322), après avoir perdu 2 603 exploitations laitières en un an (-4,3% /2019). Une grande partie des cessations d’activité a lieu en Bavière et concerne des exploitations de relative petite taille pour le pays. Il en découle un recul marqué du cheptel de vaches laitières (-2,2% /2019 soit -90 000 têtes) qui est passé sous la barre des 4 millions de têtes, à 3,92 millions.

La collecte européenne s’essouffle en novembre

En novembre a collecte est demeurée bien orientée en Pologne (+1,5% /2019) et en Italie (+4,1%). Mais elle a stagné dans d’autres pays comme les Pays-Bas (+0,3%) ou la Belgique (+0,3%).

Au final, la collecte de l’UE-27 a progressé de moins de 1% /2019 en novembre. Malgré ce ralentissement elle devrait, sur l’année 2020, afficher une croissance proche de +1,4%, soit un rythme deux fois supérieur à celui de 2019.