Les marchés des produits de l’élevage de ruminants N° 361 Mai 2024

La forte demande pour la viande VBF soutient les prix des vaches. Les cours des JB restent bas mais commencent à se redresser, grâce aux ventes vers l’Allemagne qui ont permis d’assainir le marché.

Les prix des femelles dopés par la demande en viande française

Avec la fermeture des salles de restaurants et le couvre-feu à 18 h qui limite la vente à emporter aux repas du midi, les Français prennent l’essentiel de leurs repas à domicile et les ventes de viande dans les circuits de détail sont en forte hausse par rapport à l’an dernier. En GMS et boucherie, c’est la viande française qui est mise à l’honneur, ce qui soutient les cotations des vaches. En semaine 5, la vache U cotait 4,54 €/kg (+6% /2020 et +4% /2019), la vache R 3,99 €/kg (+8% /2020 et +6% /2019), la vache O 3,05 €/kg (+3% /2020 ; -2% /2019) et la vache P 2,80 (+9% /2020 et +3% /2019).

Les cours sont soutenus également par une offre plus limitée. Les abattages ont enregistré un léger recul sur les 4 dernières semaines connues (s2 à s5) : -2% /2020 pour les vaches de type viande et -1% pour les femelles laitières et mixtes.

Les imports de viande bovine au plus bas

D’après les Douanes françaises, les importations de viande bovine ont de nouveau flanché en décembre, à 22 200 téc (-16% /2019). Seule la Pologne, qui bénéficie de la baisse du zloty, a réalisé des envois en hausse (+9% /2019 à 2 400 téc). Tous les autres principaux fournisseurs ont enregistré des baisses : Pays-Bas (-18% à 5 300 téc), Irlande (-10% à 4 600 téc), Allemagne (-26% à 3 000 téc), Belgique (-14% à 2 500 téc), Espagne (-21% à 1 100 téc) et Italie (-14% à 1 100 téc).

Sur l’ensemble de 2020, les importations sont ainsi estimées en très nette baisse (-15% /2019 à 277 000 téc).

Les cours des JB se redressent mais restent bas

Le dynamisme des ventes vers l’Allemagne, où l’offre est en retrait (lien article JB Europe), a permis d’assainir le marché français. Les cours commencent à remonter, mais restent à de bas niveau, à 3,85 €/kg pour le JB U (-5% /2020 et -4% /2019), 3,68 €/kg pour le JB R (-5% /2020 et -4% /2019) et 3,26 €/kg pour le JB O (–3% /2020 et -4% /2019).

Le nombre de JB de type viande abattus sur les 4 semaines (s2 à s5) a progressé de +2% /2020. Ces jeunes bovins étaient en moyenne âgés de 19 mois et 18 jours, soit à 1 jour près le même âge qu’en janvier 2020, signe que le marché est redevenu fluide.

Par ailleurs, ces sorties de JB sur les premières semaines de l’année sont légèrement supérieures à la modélisation des prévisions de sorties issue de MODEMO, ce qui traduit un rythme de prélèvement dynamique des mâles en ferme par rapport au schéma habituel.

Les abattages de JB de type lait étaient légèrement supérieurs à leur niveau de 2020 sur les 4 semaines s2 à s5 (+2%), avec un âge moyen en baisse de 1 jour, traduisant là aussi le dynamisme des sorties.

+7% de viande bovine exportée en décembre

En décembre 2020, les exportations ont sensiblement progressé à 22 200 téc (+7% /2020), grâce au dynamisme des ventes vers l’Allemagne (+11% /2020 à 5 300 téc). Les exportations de viande bovine vers l’Italie (= à 5 900 téc) et vers la Grèce (-1% à 4 000 téc) sont, elles, restés quasi stables d’une année sur l’autre.

Sur l’ensemble de l’année 2020, les exportations ont reculé beaucoup moins fortement que les importations (-4% à 225 000 téc).